Le café de Flore… une fois, mais pas deux

Situé au coeur du quartier Saint-Germain, le café de Flore était le rendez-vous privilégié du Paris littéraire des années 30. Aujourd’hui, la brasserie accueille une clientèle huppée, prête à payer deux fois plus cher un service qui n’est pas à la hauteur du passé historique du lieu. « J’y étais » et je passe mon tour…

Sur le calendrier, « octobre » s’affiche en lettres capitales. Dehors, la chaleur est pourtant digne d’un mois d’août. Des conditions météo idéales pour s’offrir ce qui pourrait bien être le dernier apéritif de la saison en terrasse. Autant en profiter au maximum. C’est donc au Café de Flore que je m’installe avec deux amis ce samedi 1er octobre 2011. J’ai tellement entendu parler de cette brasserie « ultra chic », « historique », « incontournable », « rendez-vous des célébrités » que j’ai voulu goûter à l’ambiance du lieu. Quitte à faire un peu mal à mon porte-monnaie.

La carte du café de Flore. © Christelle Vogel

Bière pas fraîche

Je me faufile entre les tables serrées de la terrasse du Café de Flore et m’installe face à un couple qui petit-déjeune… au champagne. Autour de moi, quelques habitués serrent la pince des serveurs, des touristes étrangers dégustent leurs oeufs à la coque à 11,50 € les deux.
Je jette un coup d’oeil à la carte : l’expresso à 4,50 €, la pression à 9,50 €… Je déglutis un bon coup. Après tout, je savais à quoi m’attendre. J’opte pour une bière Hoogaarden à 8,80 € et passe commande auprès d’un serveur. Il ne décoche par un sourire. Je goute ma bière qui « se déguste entre 2-3°C » selon les indications de la bouteille : elle n’est pas fraîche. Déception. La seconde Hoogaarden qui arrive ne l’est pas plus. Pas non plus de cacahuètes ou bretzels pour accompagner notre apéritif. Seule la pression (9,50 € les 40 cl) est à la bonne température.

La pression coûte 9,50€ au café de Flore. © Christelle Vogel

Pas de photos SVP

Petit tour aux toilettes. Re-déception : elles sont des plus ordinaires. Pour se laver les mains, un savon fixé à une barre métallique – tout ce qu’il y a de plus hygiénique –  est mis à notre disposition.
Je veux ensuite immortaliser mon passage au café de Flore et prends deux photos (sans flash) de la salle en me plaçant à l’entrée, sans bloquer le passage. Je n’ai pas le temps d’entre prendre une de plus, un « mademoiselle, s’il vous plait… », coupe net mon élan.
Pour résumer le café de Flore :
– Peut-être l’un des plus mauvais rapports qualité/prix de Paris
– Des serveurs en costard-noeud papillon qui ont oublié leur sourire à la maison (ou qui le sorte en fonction de la clientèle)
– Une déco qui n’a rien d’exceptionnelle
– Idem pour les toilettes
– Une terrasse avec vue sur rue
Il faut sans doute connaître le patron du café, posséder une carte American Express Centurion ou être une célébrité pour apprécier le lieu et avoir droit à une marque de sympathie de la part des serveurs. Si vous n’êtes dans aucune de ces situations, mieux vaut se contenter d’une photo de la façade ou compter sur vos amis pour vous faire oublier votre déception.

L’intérieur du café de Flore. © Christelle Vogel

Christelle Vogel

2 mots gourmands sur “Le café de Flore… une fois, mais pas deux”

  1. stephimat dit :

    voilà un mythe de cassé !…

  2. Christelle dit :

    Dire que j’y croyais encore il y a quelques jours…

Un avis, une remarque sur cette publication ?
Le café de Flore… une fois, mais pas deux

*