Infusion citron, gingembre & miel

21 décembre 2015

À la maison, lorsqu’on est barbouillé ou que l’on sort d’un repas copieux, on a le réflex « infusion digestive ». Et celle-ci est super efficace pour faciliter la digestion et éviter cela : 

Gif animé "j'ai trop mangé"

Pour bien digérer, notre meilleur ami, c’est le citron. Le limonène et l’acide citrique qu’il contient stimulent la vésicule biliaire et facilitent la digestion des graisses et de l’alcool (dans la limite du raisonnable, hein) par l’organisme. Anti-inflammatoire, le gingembre active lui aussi la digestion et booste le système immunitaire. Deux ingrédients naturels à garder sous la main : 99% de chance qu’ils soient utiles au moment des fêtes.

Infusion citron, gingembre et miel

Lire la suite »

☆ Pas encore de commentaire : lancez-vous !

Bûche aux marrons {sans gluten, sans lactose}

20 décembre 2015

La voici, la voilà, ma bûche de Noël sans gluten version 2015 ! Cette année, je l’ai garnie d’une crème de marrons à la vanille maison et glacée avec le glaçage super brillant au chocolat que j’avais utilisé pour ma bûche sans gluten poire-amande de l’an dernier. Cette bûche est également sans beurre (remplacé par de la purée d’amande) et sans lait/crème (remplacés par leurs équivalents végétaux). Pour une version sans oeuf, je vous invite à jeter un oeil à ma bûche de Noël au chocolat végétalienne.

Une bûche de Noël maison moins sucrée
Je n’ai pas utilisé de crème de marrons toute prête dans cette recette de bûche de Noël, pour la simple raison qu’elle est bien trop sucrée (60% de sucre, gloups). J’ai préféré préparer ma propre purée de marrons avec des châtaignes surgelées nature. On peut aussi utiliser celles vendues sous vide, mais surtout pas celles conservées dans un jus. Elles ne conviennent pas pour la pâtisserie. Pour abaisser un peu l’index glycémique (IG) de cette bûche, on peut remplacer le sucre de canne (IG 70) par du sucre de fleur de coco (IG 25), dont la saveur ne dénaturera pas la bûche. Le miel d’acacia utilisé pour sucrer la purée de châtaigne est intéressant aussi, car il impacte moins la glycémie que le sucre de table.

Glaçage ultra brillant au chocolat
J’ai testé la recette du glaçage au chocolat l’an dernier. Le résultat est bluffant, super brillant. Il forme une sorte de gaine autour de la bûche. Pour arriver à un tel résultat, il faut absolument l’utiliser à la bonne température. Trop chaud, le glaçage imbiberait la bûche. Trop froid, il formerait une couche épaisse et disgracieuse. Pour un glaçage fondant et un peu moins « technique », on peut opter pour une ganache toute simple, réalisée avec 200 g de chocolat noir – certifié sans gluten/lactose si nécessaire – et 10 cl de crème végétale) que l’on tartinera sur la bûche. Un voile de sucre glace avant de servir et le tour est joué. Moins bluffant, mais tout aussi bon.

Bûche sans gluten à préparer dès la veille
J’ai préparé cette bûche de Noël sans gluten en deux temps : la purée de châtaignes peut être cuisinée dès la veille et patienter au frigo jusqu’à ce que la génoise soit prête. Une fois glacée, cette bûche sans gluten peut patienter sans problème 24 heures au réfrigérateur, le glaçage la protégeant du dessèchement. Il ne restera plus qu’à la sortir 15-20 min avant de la déguster.

La photo d’Eugénie
Pour illustrer cette recette de bûche sans gluten, j’ai à nouveau travaillé avec la photographe Eugénie Sophie Berger, autour d’une mise en scène festive et épurée qui je l’espère, vous plaira autant qu’à moi. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de belles et gourmandes fêtes de fin d’année !

Bûche de Noël sans gluten

Bûche de Noël sans gluten © Eugénie Sophie Berger Photographie

Lire la suite »

☆ Pas encore de commentaire : lancez-vous !

Potimarron & curry de pois chiches au lait de coco

17 décembre 2015

Tout mignon, tout rond, le potimarron, c’est ma courge chouchou. Le plus souvent, je cuisine sa chair douce et fondante en velouté. Je l’aime aussi coupée en tranches, rôties au four, avec un filet d’huile d’olive, une pincée de cannelle et de cumin. Ici, je cuis mes potimarrons évidés au four, puis les sers avec un curry de pois chiches au lait de coco. La courge ne sert pas juste « à faire beau », sa chair se déguste à la cuillère au fur et à mesure. Le contenu et le contenant se mangent. Même la peau, très tendre à la cuisson. Une autre option, moins originale cependant, consiste à cuisiner le potimarron en dés, directement dans le curry de coco, comme je l’ai fait ici.

Des pois chiches, riches en protéines
Les pois chiches apportent des protéines à ce plat. On peut compléter cet apport en ajoutant des dés de tofu au curry, ou bien quelques aiguillettes de poulet dorés à la poêle au préalable (le choix de Monsieur Cookismo). Autre option : ajouter une à 2 poignées de lentilles corail en même temps que les pois chiches. On fait comme on a envie.

Curry de pois chiches au lait de de coco

Lire la suite »

☆ 9 p'tits mots