Mot clé ‘ cacahuète’

Porridge de chia coco-chocolat

mercredi 16 mars 2016

Les combinaisons de saveurs sont quasi infinies dans le porridge de chia. Du coup, je m’en donne à coeur joie (mais je ne vais quand même pas publier 10 recettes d’affilée, promis). Ici, je décline mon pudding en version « black & white » en ajoutant du cacao à ma préparation et en dressant le tout dans une verrine. C’est joli, cette transparence.

Graines de chia blanches
J’utilise ici deux sortes de graines de chia : des noires – celles que l’on trouve le plus souvent en rayon -, et des blanches. Il n’y a pas de différences entre les deux si ce n’est leur couleur… et parfois leur prix, plus élevé pour les graines de chia blanches.

Graines de chia - Chia seeds

Dessert ou petit déjeuner
Je prépare habituellement mes puddings (ou « porridges ») de chia pour le petit déjeuner. Mais cette verrine, je l’ai dégustée en dessert. Elle permet de compléter l’apport en fibres, protéines et oméga 3 du repas. La première fois que j’ai mangé un porridge de chia, c’était d’ailleurs en dessert. C’était un pudding de chia au lait de coco, garni de pommes caramélisées et surmonté d’un dôme de chantilly coco (la photo ICI)… Sans doute l’une de mes prochaine versions.

Pudding de chia coco-chocolat - Chocolate coco chia pudding

(suite…)

Poulet satay, sauce cacahuète

dimanche 26 juillet 2015

Les brochettes de poulet (Chicken Satay) à la sauce cacahuète, cela a été mon tout premier contact avec la gastronomie malaisienne. Là-haut, dans un A380 de la Malaysia Airlines, à destination de Kuala Lumpur. Et autant dire qu’après avoir savouré cette viande moelleuse et parfumée, délicieusement nappée de peanuts sauce, j’avais hâte de découvrir la suite. Les satay sont une institution en Malaisie. Certains diront qu’elles sont originaires de l’Indonésie voisine, d’autres que ce sont les marchands chinois faisant commerce en Malaisie qui en ont la paternité.

Une précision : on dit bien sauce pour satay (c’est à dire sauce pour brochettes) et non poulet sauce satay, qui signifierait… poulet sauce brochette. Vous suivez ?

Stand dédié aux satays - Jalar Alor - Chinatown - Kuala Lumpur

Stand de satay à Kuala Lumpur © Christelle Vogel / Cookismo.fr

Cuisson au charbon de bois
La préparation des satay n’est pas compliquée en soi. Comme souvent dans la cuisine asiatique, c’est au juste dosage des épices que tient le succès de la recette. Les satay de boeuf ou de poulet sont traditionnellement cuites au-dessus des braises, seul mode de cuisson à leur donner naturellement ce délicat goût fumé, caractéristique. À la maison, on profite de l’été pour cuire ses satay au barbecue. À défaut, on opte pour le gril du four (ce que j’ai fait ici). Bien sûr, la sauce cacahuète qui accompagne les brochettes participe en grande partie à la magie de l’expérience gustative.

Chicken Satay et sa sauce cacahuète
Je me suis lancée dans la préparation des mes Chicken Satay maison en suivant une recette issue du livre The Best of Singapour Cooking de Leong Yee Soo. Singapour a appartenu à la Malaisie jusqu’en 1965 et conserve l’influence de la pésinsule malaisienne dans son identité culinaire. Il n’y a cependant pas de lait de coco dans cette recette de brochettes de poulet sauce pour satay à la cacahuète. C’est peut-être ce qu’il manque pour retrouver le goût des « vraies » satay malaisiennes, celles goûtées là-haut dans les nuages, au-dessus de l’Océan indien. Mais côté saveur, l’expérience vaut bien les 12 à 24 heures d’attente, le temps qu’il faut à la viande pour s’imprégner de ce concentré d’Asie du Sud-Est. Prêt pour le voyage ? Allons-y.

Brochettes poulet satay

(suite…)

Sauce cacahuète pour rouleaux de printemps

mardi 24 mars 2015

Les rouleaux de printemps, à la maison, on adore… Et on les aime encore plus depuis qu’on a découvert cette sauce cacahuète, terriblement savoureuse. Je prépare cette sauce pour rouleaux de printemps avec des cacahuètes achetées fraîches, c’est à dire encore enfermée dans leur en cosse. Je les décortique avant de les dorer à la poêle, pour exalter leur saveur. Surtout, N’UTILISEZ PAS (c’est un ordre ? oui, c’est un ordre ! ;-) de cacahuètes apéritives salées pour réaliser cette sauce pour rouleaux de printemps, mais uniquement de « vraies » cacahuètes fraîchement décortiquées, bien plus intéressantes d’un point de vue nutritionnel et gustatif. Il vous reste de la sauce cacahuète pour rouleaux de printemps ? Utilisez-la comme dip pour vos bâtonnets de crudités ou bien détendez-la avec un peu d’eau pour assaisonner vos salades composées.

Sauce cacahuète pour rouleaux de printemps

(suite…)

Tôm Bun vietnamien aux crevettes

vendredi 16 mai 2014

Le Bo Bun est un plat traditionnel vietnamien composé de vermicelles de riz (« bun »), de diverses crudités et de bœuf (« bo ») sauté. Il s’agit d’une salade, car seule la viande est proposée chaude, ou tiède. Dans certaines versions du bo bun (comme celle de ma copine Graziella par ici), des pâtés impériaux (nems) sont également ajoutés. Dans la version que je vous propose ici, j’ai troqué le boeuf par des crevettes (« tôm »). Il s’agit donc d’un Tôm Bun, ou si vous préférez, un « bo bun aux crevettes » !

Bo bun vietnamien aux crevettes - Tôm Bun

(suite…)

Cake banane, cacahuète et chocolat

samedi 3 mai 2014

Banane, cacahuète et chocolat : voici un cake énergétique, sans être pour autant ultra-calorique. Pour le réaliser, j’ai utilisé des cacahuètes fraîches, que j’ai mixées afin d’obtenir mon propre peanuts butter. Interdiction d’utiliser les cacahuètes de l’apéritif. Elles sont beaucoup trop grasses et salées. L’ajout de purée de cacahuètes dans la pâte de ce bananabread permet de limiter la quantité de beurre. J’ai sucré ce cake au minimum (quoiqu’on pourrait encore retirer 20 g de sucre) et ajouté des pépites de chocolat noir à 70% de cacao, légèrement amères. Un délice !

Cake à la banane, beurre de cacahuètes et chocolat

(suite…)

Nougats chinois

mardi 28 janvier 2014

J’avais repéré une recette de nougat chinois dans le magazine Cuisine actuelle de novembre 2012. Avec le Nouvel An asiatique arrivant à grands pas – pour ne pas dire au galop : année du Cheval oblige houhou -, cette recette tombait à point. En faisant un tour du web, j’ai trouvé plusieurs listes d’ingrédients pour ces nougats chinois. L’épaississant revenant le plus souvent est la farine de tapioca. J’ai fait avec ce que j’avais dans le placard, c’est-à-dire un mélange d’amidon de riz et de tapioca, spécial « Ha Kao » (raviolis vapeur). Le résultat est très satisfaisant, même si ces nougats sont plus mous que ceux que j’ai l’habitude de croquer au restaurant chinois et ont plus la couleur d’un caramel au lait. « Mais ils ont le même goût ! », dixit Monsieur Cookismo. Après 24 heures passées à l’air libre, les nougats chinois se sont raffermis. Après 48 heures, ils étaient parfaits… Mais il n’en restait déjà plus beaucoup à ce moment là !

Nougats chinois maison

(suite…)