Mot clé ‘ Graines de courge’

Green Bowl

jeudi 28 avril 2016

Mise au vert ultime. Avec tout ce blanc, cette neige, fin avril, sur Salzburg, il me fallait du vert. Beaucoup de vert. Du vert à foison. Bref, un Super Green Bowl avec des fèves de soja, des petits pois, des brocolis et de l’oignon vert dedans, mais aussi de la ciboulette et des graines de courge, pour compléter la palette « green ». On saute le tout à la poêle, en mélange avec des pâtes complètes (au sarrasin ici), on arrose de sauce au miso (ma sauce fétiche du moment… trop bon) et on savoure tiède.
Il n’est pas vert pour un sou, mais un oeuf poché, ajouté sur ce Green Bowl, complètera l’apport en protéines. Et puis le jaune d’oeuf qui coule et enrobe les petits légumes encore croquants… c’est presque pêcher par gourmandise.
PS : Pas de discrimination par ici : tout légume vert de saison (ou surgelé) est le bienvenu dans ce Green Bowl : asperges, févettes, chou vert ou kale, ail des ours, etc. On est open.

Vegan and glutenfree green bowl

(suite…)

Granola au sarrasin

mardi 30 juin 2015

Je fais bien plus souvent du muesli maison que du granola. Le premier, j’en mange un bol complet au petit déjeuner, arrosé de lait d’amande. Le second, je le déguste en « topping » sur un compote ou bien un yaourt nature (au soja), car le granola est plus énergétique et sucré que le muesli. C’est une préparation à base de flocons (de sarrasin ici, pour changer de l’avoine), de graines, de fruits secs… que l’on mélange à de la matière grasse (huile de coco ou d’olive) et du sucre (sirop d’érable ou miel), avant de passer le tout au four, pour obtenir une appétissante caramélisation et des « chunks » croquants. Le muesli, lui, n’est pas cuit. Cette recette de granola au sarrasin sans gluten est issue du numéro estival du magazine Niépi. J’ai adapté les ingrédients avec ce que j’avais à disposition. On n’est pas à 10 grammes près, vous pouvez faire comme moi.

Granola sans gluten aux flocons de sarrasin

(suite…)

Porridge paléo

jeudi 26 février 2015

Le porridge… façon Pierrafeu ! Le porridge traditionnel se prépare avec des flocons d’avoine que l’on fait gonfler dans du lait. Aucun de ces deux ingrédients n’est autorisé dans le régime paléo (sur lequel je reviendrai prochainement), vous ne les trouverez donc pas dans cette recette. « Les flocons d’avoine sont exclus du régime paléo pour une raison précise : au cours des phases de transformation, ils se retrouvent souvent au contact d’autres céréales qui contiennent du gluten. De plus, ils provoquent d’importants pics de glycémie », justifie Daniel Green, auteur du livre Le régime Paléo (éd. Larousse) dont est issue cette recette de porridge paléo. Celle-ci s’apparente plus à une soupe qu’à un porridge, sa texture étant bien plus fluide (coco, amande et noix ne se « gorgent » pas de liquide comme les flocons d’avoine). Ce porridge paléo est riche en glucides et doit être consommé de préférence au petit déjeuner, afin de « dispose[r] de toute la journée pour brûler les [env. 400] calories » que contient ce bol, précise l’auteur. Les fruits secs utilisés pour préparer ce porridge paléo permettent notamment de faire le plein de fibres et minéraux. Une recette qui devrait vous éviter les fringales de la mi-matinée.

Porridge paléo (sans gluten, sans lactose)

(suite…)

Salade de lentilles à la feta et courge butternut

lundi 23 février 2015

Cette recette de salade de lentilles à la feta et butternut, je l’ai dégustée à Paris chez Thank you my deer, petite cantine sans gluten dans le 11e arrondissement. J’en avais préparée une similaire il y a quelques semaines sur une base de quinoa, que j’ai donc simplement remplacée par des lentilles vertes. L’assaisonnement reste le même, à la seule différence que j’utilise ici du jus de citron et non du vinaigre de cidre pour la vinaigrette. La vitamine C présente dans le jus de citron aide à l’assimilation du fer contenu dans les lentilles. Celles-ci seront mieux digérées (et plus vite cuites) si vous les laisser tremper toute une nuit ou au moins quelques heures. Vous pouvez décliner cette salade avec du tofu ou du tempeh si vous êtes intolérant au lactose (la feta en contient).

Salade de lentilles à la feta et courge butternut

(suite…)

Muffins aux graines de courge et chou frisé (sans gluten)

vendredi 30 janvier 2015

La graine de courge ne fait pas juste office de déco dans cette recette issue du livre Green d’Anya Kassoff. Elle en est l’élément central. Si vous comptiez utiliser les quelques graines de courge qui se battent en duel dans votre tiroir de cuisine, c’est fichu ! Nous avons ici besoin de 100 g (oui !) de graines de courge moulues pour texturiser la pâte et apporter une bonne dose de moelleux à ces muffins salés sans gluten. Pour tout vous dire, les graines de courge ne faisait pas partie de mon répertoire culinaire avant que je ne vienne vivre en Autriche. A peine en croquais-je de temps à autre quand mon boulanger avait la bonne idée d’en parsemer quelques-unes ses miches… Chez moi, en Autriche, la courge tient une place particulière dans la gastronomie locale. C’est ici que j’ai goûté pour la première fois à l’huile de graines de courge, un « classique » de l’assaisonnement autrichien. Les graines de courge s’achètent en supermarché entières ou moulues, tout au long de l’année. Autant dire que maintenant, j’en ai en permanence un paquet dans mon placard. J’aime glisser quelques graines de coruge grillées dans mes salades composées. Ca leur apporte un côté croquant et un délicieuse petit goût de noisette. Monsieur Cookismo adore et moi aussi.
Côté nutrition, la graine de courge est aussi une graine de champion. Elle est riche en protéines, vitamines A, B1 et B2, et est bien pourvue en minéraux et stérols végétaux, qui aident à lutter contre le « mauvais » cholestérol (LDL).Graines de courgeCôté dégustation, ces muffins sans gluten aux graines de courge et chou frisé sont tendres à l’intérieur et croquants à l’extérieur. Je me dis qu’ils feraient d’excellents cookies apéritifs et c’est d’ailleurs de la sorte que je les préparerai la prochaine fois (la pâte est suffisamment dense pour pouvoir former des petits tas sur la plaque du four). Servis avec un beau bol de soupe de potimarron, ils peuvent faire office de dîner léger, mais nutritif. Pour l’apéro, mieux vaut les cuire dans des minis moules à muffins pour ne pas caler vos invités d’entrée de jeu. Enfin, pour les « allergiques » au chou : sachez que sa saveur passe inaperçue dans cette recette, mais vous pouvez toujours le remplacer par du persil plat.

Muffins salés sans gluten aux graines de courge et chou frisé kale

(suite…)