Mot clé ‘ lait de coco’

Le dahl de lentilles sri-lankais de Sithu

mardi 29 mars 2016

Monsieur Cookismo et moi avons passé 15 jours au Sri Lanka en février 2016. Le dahl de lentilles corail est l’un des plats qui nous a été servi le plus souvent… du petit déjeuner au dîner (incontournable, je vous dis). C’est l’une des pièces maîtresses du Rice & Curry sri-lanka. Nous avons dégusté plusieurs variantes de dahl (qui signifie « lentilles » en cingalais) : plus ou moins épais, servi chaud ou à température ambiante, avec des feuilles de curry ou non, un peu ou beaucoup de curcuma… Cela pour dire qu’il n’existe pas de recette « traditionnelle » du dahl de lentilles. Chaque famille sri-lankaise le prépare à sa façon. Celle que je vous décris ci-dessous est la recette de Sithu.

Portrait de sri-lankaise - Sithu

Sithu, notre hôte et cuisinière © Christelle Vogel

Son mari et elle tiennent la maison d’hôtes Rock Side Inn à Ella, où nous avons passé une nuit.

Vers Rock Side Inn - Ella - Sri Lanka

M. Cookismo sur le chemin menant à la maison d’hôtes © C. Vogel

Sithu m’a donné une leçon de cuisine sri-lankaise. Nous avons préparé ensemble le dîner qui nous a été servi ensuite. J’ai noté ses recettes, le dosage des épices, les durées de cuisson… pour pouvoir préparer un Rice & Curry digne de ce nom à notre retour au froid en Europe. Au menu : dahl de lentilles, curry de poulet, curry d’aubergines, salade de chou blanc à la noix de coco, pommes de terre sautées aux épices… Recettes by Sithu à suivre, sur Cookismo.

Dahl

(suite…)

Porridge de chia coco-chocolat

mercredi 16 mars 2016

Les combinaisons de saveurs sont quasi infinies dans le porridge de chia. Du coup, je m’en donne à coeur joie (mais je ne vais quand même pas publier 10 recettes d’affilée, promis). Ici, je décline mon pudding en version « black & white » en ajoutant du cacao à ma préparation et en dressant le tout dans une verrine. C’est joli, cette transparence.

Graines de chia blanches
J’utilise ici deux sortes de graines de chia : des noires – celles que l’on trouve le plus souvent en rayon -, et des blanches. Il n’y a pas de différences entre les deux si ce n’est leur couleur… et parfois leur prix, plus élevé pour les graines de chia blanches.

Graines de chia - Chia seeds

Dessert ou petit déjeuner
Je prépare habituellement mes puddings (ou « porridges ») de chia pour le petit déjeuner. Mais cette verrine, je l’ai dégustée en dessert. Elle permet de compléter l’apport en fibres, protéines et oméga 3 du repas. La première fois que j’ai mangé un porridge de chia, c’était d’ailleurs en dessert. C’était un pudding de chia au lait de coco, garni de pommes caramélisées et surmonté d’un dôme de chantilly coco (la photo ICI)… Sans doute l’une de mes prochaine versions.

Pudding de chia coco-chocolat - Chocolate coco chia pudding

(suite…)

Overnight chia porridge

lundi 14 mars 2016

En anglais, Overnight chia porridge, cela signifie un porridge-de-graines-de-chia-qu-on-laisse-reposer-toute-la-nuit-au-frigo. Dans la langue de Shakespeare, c’est plus court. Cette recette de petit dèj « healthy » fleurit sur la toile et sur Instagram depuis déjà plusieurs mois. Je l’ai enfin testée… et adoptée.

Une petite graine qui envoie du lourd
Les variantes de ce porridge de chia sont infinies. Ci-dessous, je vous indique uniquement les types d’ingrédients que l’on peut utiliser et les proportions de base. L’élément clé : les graines de chia (prononcez « kia » svp). Une « super-food » bourrée d’oméga 3 (vous savez, les acides gras essentiels qu’on ne consomme pas assez), riche en antioxydants, protéines complètes, bien pourvue en calcium, source de fer, magnésium, potassium… Bref, à côté, les Kellog’s peuvent aller se recoucher.

Graines de chia

Un porridge de chia tout cru
Le principe du porridge de chia consiste à faire tremper les graines de chia dans un liquide (lait végétal, eau de coco…) pendant quelques heures, le temps qu’elles absorbent 10 fois (!) leur poids en liquide et qu’elles développent un mucilage (gel), très doux. On obtient un porridge raw (cru) plus ou moins fluide, selon la quantité de graines de chia ajoutées. Je mets par exemple 3 c. à soupe de chia dans une tasse de liquide pour un porridge encore coulant, et 4 c. à soupe pour une texture plus épaisse.

Bol artistique
Après avoir passé la nuit au frigo, le porridge de chia est prêt à être garni : fruits frais de saison, graines, purée d’oléagineux, mais aussi cacao cru, pépites de chocolat noir, coulis de fruits (sans sucre ajouté)… on dispose tout cela harmonieusement dans son bol ou on alterne les ingrédients dans un bocal et on savoure à la petite cuillère. Ça cale pour la matinée !

Porridge de chia - Overnight chia porridge

(suite…)

Perles de coco (au sucre de coco)

jeudi 11 février 2016

Une petite boule de pâte blanche caoutchouteuse et fumante, farcie d’une substance jaune non identifiée, roulées dans de la noix de coco et affalée sur une assiette marquée d’idéogrammes chinois. L’image ne vous fait pas rêver ? Moi, si. Les perles de coco, j’adore. Elles ont longtemps été mon dessert fétiche au resto chinois. Un jour, je me suis même mise en tête d’en préparer moi-même. Revue du net, passage chez Tang Frères puis… échec cuisant. Je n’ai pas retenté. Jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à ce que je tombe sur ce post, qui me rappelle que j’avais encore quelque part, au milieu de ma dizaine de pots de farines, la farine magique : celle de RIZ GLUANT. L’acte 2 de mes boules coco maison pouvait commencer (hé hé).

Perles quadruple coco
J’ai donc réussi à dompter la farine de riz gluant. D’un coup, d’un seul, en l’ébouillantant avec du lait de coco. Simple, efficace. Le tout avec un soupçon de sucre et d’huile de coco, histoire de masquer les preuves. Conséquences de cette tentative de dissimulation : mes perles de coco ne sont pas blanches neige, mais couleur café au lait. Nous dirons que c’est ma touche healthy . J’ai aussi pris des libertés avec la farce en troquant les traditionnelles graines de soja par des pois jaunes, qui s’ennuient ferme dans mon placard entre deux coups de dhal. Une fois mixés, on n’y voit que du feu.

Glutinous rice floor, je t’adore
Dans les rayons des épiceries asiatiques, on trouve la farine de riz gluant sous le nom de « glutinous rice floor ». Cette farine est dépourvue de gluten, et pourtant, elle bat à plate couture la farine de blé lorsqu’il s’agit de se transformer en boule de pâte collante et élastique. Le tout, sans additif (ni cuisson approximative : on parle de riz gluant, pas collant). Le riz gluant est en fait une variété de riz asiatique, dont la structure particulière de l’amidon lui donne ce fameux caractère caoutchouteux. Sans lui, les perles de coco et les mochis (quoi, vous ne connaissez pas les mochiiiis ??), on oublie. Et n’essayez pas de réaliser ces perles de coco avec de la farine de riz traditionnelle. Ça ne fonctionne pas. Mais alors pas du tout (cf. : acte 1 de mes perles de coco). Mais une fois que vous avez déniché le Graal, le paradis n’est pas loin.

Perles de coco (boules de coco) maison

(suite…)

Blanquette de tofu au lait de coco {vegan}

dimanche 7 février 2016

Cette recette de blanquette de tofu, cela fait plus d’un an que je l’ai mise de côté (et ce n’est ni la seule, ni la plus ancienne… Ah si j’avais le temps de tester toutes les recettes qui m’inspirent #soupir). Je l’ai repérée sur le blog Clémentine cuisine. Une blanquette végétarienne (végétalienne, même), censée avoir le même goût que la « vraie blanquette« . Ça m’a intrigué, forcément. J’ai testé et je peux dire qu’il n’y a rien de survendu : la sauce rappelle vraiment celle de la blanquette de veau. Le lait de coco passe inaperçu et le vin blanc ajoute le goût de la tradition à ce plat. À faire pourquoi pas avec des oignons grelots la prochaine fois, façon blanquette de mamie.

blanquette de tofu au lait de coco (vegan)

(suite…)

Bûche aux marrons {sans gluten, sans lactose}

dimanche 20 décembre 2015

La voici, la voilà, ma bûche de Noël sans gluten version 2015 ! Cette année, je l’ai garnie d’une crème de marrons à la vanille maison et glacée avec le glaçage super brillant au chocolat que j’avais utilisé pour ma bûche sans gluten poire-amande de l’an dernier. Cette bûche est également sans beurre (remplacé par de la purée d’amande) et sans lait/crème (remplacés par leurs équivalents végétaux). Pour une version sans oeuf, je vous invite à jeter un oeil à ma bûche de Noël au chocolat végétalienne.

Une bûche de Noël maison moins sucrée
Je n’ai pas utilisé de crème de marrons toute prête dans cette recette de bûche de Noël, pour la simple raison qu’elle est bien trop sucrée (60% de sucre, gloups). J’ai préféré préparer ma propre purée de marrons avec des châtaignes surgelées nature. On peut aussi utiliser celles vendues sous vide, mais surtout pas celles conservées dans un jus. Elles ne conviennent pas pour la pâtisserie. Pour abaisser un peu l’index glycémique (IG) de cette bûche, on peut remplacer le sucre de canne (IG 70) par du sucre de fleur de coco (IG 25), dont la saveur ne dénaturera pas la bûche. Le miel d’acacia utilisé pour sucrer la purée de châtaigne est intéressant aussi, car il impacte moins la glycémie que le sucre de table.

Glaçage ultra brillant au chocolat
J’ai testé la recette du glaçage au chocolat l’an dernier. Le résultat est bluffant, super brillant. Il forme une sorte de gaine autour de la bûche. Pour arriver à un tel résultat, il faut absolument l’utiliser à la bonne température. Trop chaud, le glaçage imbiberait la bûche. Trop froid, il formerait une couche épaisse et disgracieuse. Pour un glaçage fondant et un peu moins « technique », on peut opter pour une ganache toute simple, réalisée avec 200 g de chocolat noir – certifié sans gluten/lactose si nécessaire – et 10 cl de crème végétale) que l’on tartinera sur la bûche. Un voile de sucre glace avant de servir et le tour est joué. Moins bluffant, mais tout aussi bon.

Bûche sans gluten à préparer dès la veille
J’ai préparé cette bûche de Noël sans gluten en deux temps : la purée de châtaignes peut être cuisinée dès la veille et patienter au frigo jusqu’à ce que la génoise soit prête. Une fois glacée, cette bûche sans gluten peut patienter sans problème 24 heures au réfrigérateur, le glaçage la protégeant du dessèchement. Il ne restera plus qu’à la sortir 15-20 min avant de la déguster.

La photo d’Eugénie
Pour illustrer cette recette de bûche sans gluten, j’ai à nouveau travaillé avec la photographe Eugénie Sophie Berger, autour d’une mise en scène festive et épurée qui je l’espère, vous plaira autant qu’à moi. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de belles et gourmandes fêtes de fin d’année !

Bûche de Noël sans gluten

Bûche de Noël sans gluten © Eugénie Sophie Berger Photographie

(suite…)

Potimarron & curry de pois chiches au lait de coco

jeudi 17 décembre 2015

Tout mignon, tout rond, le potimarron, c’est ma courge chouchou. Le plus souvent, je cuisine sa chair douce et fondante en velouté. Je l’aime aussi coupée en tranches, rôties au four, avec un filet d’huile d’olive, une pincée de cannelle et de cumin. Ici, je cuis mes potimarrons évidés au four, puis les sers avec un curry de pois chiches au lait de coco. La courge ne sert pas juste « à faire beau », sa chair se déguste à la cuillère au fur et à mesure. Le contenu et le contenant se mangent. Même la peau, très tendre à la cuisson. Une autre option, moins originale cependant, consiste à cuisiner le potimarron en dés, directement dans le curry de coco, comme je l’ai fait ici.

Des pois chiches, riches en protéines
Les pois chiches apportent des protéines à ce plat. On peut compléter cet apport en ajoutant des dés de tofu au curry, ou bien quelques aiguillettes de poulet dorés à la poêle au préalable (le choix de Monsieur Cookismo). Autre option : ajouter une à 2 poignées de lentilles corail en même temps que les pois chiches. On fait comme on a envie.

Curry de pois chiches au lait de de coco

(suite…)

Pudding de chia au lait de coco et framboises

vendredi 19 juin 2015

Le graines de chia [prononcez « ki-a », pensez aux oreilles prudes], on en parle en veux-tu, en voilà ces derniers temps. Mais pourquoi tant d’enthousiasme autour de ces toutes petites graines noires (ou blanches) ? Ce n’est ni pour leur goût, ni pour leur forme, qu’elles font un tabac, mais pour ce qu’elles cachent sous le capot. Les graines de chia font partie de ces super-aliments, des pépites nutritionnelles, que l’on gagne à mettre au menu.
Graines de chiaEt le super-joker des graines de chia, c’est leur teneur en oméga-3. Pour faire le plein de leurs acides gras essentiels, il faut les consommer broyées (idem pour les graines de lin). Entières et mises en contact d’un liquide, les graines de chia forment un mucilage, c’est à dire un gel visqueux qui régule notre transit en douceur. Dans cette recette de pudding de chia au lait de coco et framboises, c’est cette propriété que l’on exploite. Pas besoin de jaunes d’oeuf, de fécule ou encore d’agar-agar pour faire épaissir notre préparation. Quelques cuillerées de graines de chia, un passage au frigo et le tour est joué.

Un dessert cru,  vegan et sans gluten
Ici, on n’obtient pas vraiment un « pouding » (c’est un abus de langage, mais c’est ainsi qu’est nommé ce type de recette sur le net), mais plus une sorte de yaourt onctueux, qui craque légèrement sous la dent. Ce pudding peut rester plusieurs heures au frigo : une fois le mucilage des graines de chia formé, il ne bouge plus. Une recette à décliner avec d’autres fruits, comme la mangue ou les fraises par exemple. La première fois que j’ai dégusté un pudding de chia – au restaurant veggie Green Garden à Salzburg – il était accompagné d’une poêlée de pommes caramélisées et d’une chantilly de coco. A bon entendeur.

Pudding de chia framboise et coco

(suite…)

Smoothie mangue, coco & cannelle

samedi 7 février 2015

Et une boisson pour booster ses défenses immunitaires au coeur de l’hiver, une ! Après le smoohie détox aux épinards frais (super bon, je vous assure), voici le smoothie « boost » à la mangue, au lait de coco et à la cannelle. La mangue, naturellement sucrée, est riche en fibres et gorgée de vitamine C. La cannelle possède quant à elle des vertus antiseptiques, digestives et stimulantes (entre autres). Et le lait de coco mériterait un dossier complet tant il a de bonnes choses à nous apporter, lorsqu’il est consommé en quantité raisonnable (teneur en graisse oblige). Dans cette recette, j’ai opté pour du lait de coco allégé, sans épaississant. Le résultat est… divin ! Sans doute ne suis-je pas très objective, mais un peu d’exotisme, qu’est-ce que cela fait du bien lorsque le thermomètre flirte avec zéro.

Smoothie mangue, coco et cannelle

(suite…)

Muffins aux graines de courge et chou frisé (sans gluten)

vendredi 30 janvier 2015

La graine de courge ne fait pas juste office de déco dans cette recette issue du livre Green d’Anya Kassoff. Elle en est l’élément central. Si vous comptiez utiliser les quelques graines de courge qui se battent en duel dans votre tiroir de cuisine, c’est fichu ! Nous avons ici besoin de 100 g (oui !) de graines de courge moulues pour texturiser la pâte et apporter une bonne dose de moelleux à ces muffins salés sans gluten. Pour tout vous dire, les graines de courge ne faisait pas partie de mon répertoire culinaire avant que je ne vienne vivre en Autriche. A peine en croquais-je de temps à autre quand mon boulanger avait la bonne idée d’en parsemer quelques-unes ses miches… Chez moi, en Autriche, la courge tient une place particulière dans la gastronomie locale. C’est ici que j’ai goûté pour la première fois à l’huile de graines de courge, un « classique » de l’assaisonnement autrichien. Les graines de courge s’achètent en supermarché entières ou moulues, tout au long de l’année. Autant dire que maintenant, j’en ai en permanence un paquet dans mon placard. J’aime glisser quelques graines de coruge grillées dans mes salades composées. Ca leur apporte un côté croquant et un délicieuse petit goût de noisette. Monsieur Cookismo adore et moi aussi.
Côté nutrition, la graine de courge est aussi une graine de champion. Elle est riche en protéines, vitamines A, B1 et B2, et est bien pourvue en minéraux et stérols végétaux, qui aident à lutter contre le « mauvais » cholestérol (LDL).Graines de courgeCôté dégustation, ces muffins sans gluten aux graines de courge et chou frisé sont tendres à l’intérieur et croquants à l’extérieur. Je me dis qu’ils feraient d’excellents cookies apéritifs et c’est d’ailleurs de la sorte que je les préparerai la prochaine fois (la pâte est suffisamment dense pour pouvoir former des petits tas sur la plaque du four). Servis avec un beau bol de soupe de potimarron, ils peuvent faire office de dîner léger, mais nutritif. Pour l’apéro, mieux vaut les cuire dans des minis moules à muffins pour ne pas caler vos invités d’entrée de jeu. Enfin, pour les « allergiques » au chou : sachez que sa saveur passe inaperçue dans cette recette, mais vous pouvez toujours le remplacer par du persil plat.

Muffins salés sans gluten aux graines de courge et chou frisé kale

(suite…)