Mot clé ‘ sirop d’érable’

Tarte au potiron et au chocolat (sans gluten, sans lactose)

mardi 24 novembre 2015

La tarte au potiron, c’est le dessert incontournable de la fête de Thanksgiving, que les Américains célèbrent le quatrième jeudi de novembre (c’est quoi, cette fête ? pourquoi un jeudi ? Pourquoi le 4e du mois ?? pourquoi en novembre ??? … réponse par ici).
Pour la petite histoire, j’ai découvert cette fête il y une dizaine (quinzaine ? argh, coup de vieux) d’années, en regardant un épisode de Friends. Vous vous souvenez, celui où Joey, puis Monica, se promènent avec une énoooorme dinde sur la tête (enfin, avec la tête DANS la dinde, pour être exact).
Dinde de ThanksgivingÉpisode culte…
Fermeture de la parenthèse soap.

La Thanksgiving, chez moi, c’est surtout une bonne excuse pour préparer une pumpkin pie maison. J’avais réalisé il y a quelques années une tarte au potiron classique, avec de la farine de blé, du beurre, du lait… tout ce que j’évite aujourd’hui. Je voulais la décliner en version sans gluten et sans lactose (ok, j’aurais pu tenter la version sans oeuf aussi, mais… chaque chose en son temps).

Pumpkin pie, version sans gluten
J’étais partie pour suivre la recette de tarte au potiron repérée dans le livre Le meilleur de l’alimentation sans gluten de la Canadienne Lisa Howard (adapté par Carole Garnier pour sa version française – éd. Leduc.s, septembre 2015), en l’adaptant un chouia (huile de coco à la place du beurre, lait d’amande à la place du lait entier, farine de sarrasin à la place de la farine de teff que je n’ai pas dans mes placards…). Manque de bol, le moule à tarte que j’ai utilisé était bien plus large que celui préconisé et le flan au potiron atteignait à peine la moitié du moule lorsque j’ai sorti la tarte du four… bof, bof, pas très gourmand tout ça. Du coup, j’ai complété avec un ganache onctueuse et ma tarte au potiron est finalement devenue une tarte potiron-chocolat (oh ben zut :-)

Atelier tarte au potiron du dimanche
La recette est un peu longue à réaliser. J’y ai passé une bonne partie de mon dimanche après-midi, entre la cuisson de la courge, la préparation de la pâte, le temps de refroidissement.. La pumpkin pie se mérite ! Mais honnêtement, à la première bouchée, on se dit que ça vallait la peine. Thanksgiving ou pas, vous m’en direz des nouvelles…
Tarte au potiron (sans gluten, sans lactose)

(suite…)

Mousse au chocolat et au tofu soyeux (vegan)

mardi 21 juillet 2015

Pour réussir sa mousse au chocolat, il y a la méthode « à l’ancienne », avec le chocolat fondu, les blancs montés en neige… Et il y a la version végétale, sans casser d’oeuf, ni battre de crème en chantilly. L’ingrédient magique ? Le tofu soyeux. Les recettes de mousse au chocolat et tofu soyeux sont nombreuses sur le net. J’ai voulu tenter à mon tour et j’admets que le résultat est plutôt bluffant. On obtient une mousse dense mais pas compacte, au goût de chocolat bien marqué. Le tofu n’a qu’un effet texturant ici, on ne le sent pas du tout. En version un peu moins chocolatée, on peut tenter d’augmenter la quantité de tofu soyeux (ou diminuer celle de chocolat). On peut éventuellement placer la préparation dans un syphon (je n’en ai pas) pour la rendre plus aérienne. A la maison, ces petites verrines ont fait long feu. Avec quelques fruits rouges, c’est juste délicieux.

Verrine au chocolat et tofu soyeux (végétale)

(suite…)

Pudding de chia au lait de coco et framboises

vendredi 19 juin 2015

Le graines de chia [prononcez « ki-a », pensez aux oreilles prudes], on en parle en veux-tu, en voilà ces derniers temps. Mais pourquoi tant d’enthousiasme autour de ces toutes petites graines noires (ou blanches) ? Ce n’est ni pour leur goût, ni pour leur forme, qu’elles font un tabac, mais pour ce qu’elles cachent sous le capot. Les graines de chia font partie de ces super-aliments, des pépites nutritionnelles, que l’on gagne à mettre au menu.
Graines de chiaEt le super-joker des graines de chia, c’est leur teneur en oméga-3. Pour faire le plein de leurs acides gras essentiels, il faut les consommer broyées (idem pour les graines de lin). Entières et mises en contact d’un liquide, les graines de chia forment un mucilage, c’est à dire un gel visqueux qui régule notre transit en douceur. Dans cette recette de pudding de chia au lait de coco et framboises, c’est cette propriété que l’on exploite. Pas besoin de jaunes d’oeuf, de fécule ou encore d’agar-agar pour faire épaissir notre préparation. Quelques cuillerées de graines de chia, un passage au frigo et le tour est joué.

Un dessert cru,  vegan et sans gluten
Ici, on n’obtient pas vraiment un « pouding » (c’est un abus de langage, mais c’est ainsi qu’est nommé ce type de recette sur le net), mais plus une sorte de yaourt onctueux, qui craque légèrement sous la dent. Ce pudding peut rester plusieurs heures au frigo : une fois le mucilage des graines de chia formé, il ne bouge plus. Une recette à décliner avec d’autres fruits, comme la mangue ou les fraises par exemple. La première fois que j’ai dégusté un pudding de chia – au restaurant veggie Green Garden à Salzburg – il était accompagné d’une poêlée de pommes caramélisées et d’une chantilly de coco. A bon entendeur.

Pudding de chia framboise et coco

(suite…)

Tempeh laqué au vinaigre balsamique

mardi 5 mai 2015

J’ai récemment découvert le tempeh. Ce produit d’origine indonésienne se compose de graines de soja fermentées. Sa saveur oscille entre le champignon et la noix. Elle est pour le moins déroutante. La première fois que j’ai dégusté du tempeh, j’étais bien incapable de dire si je l’appréciais ou non, tant son goût m’était inconnu ! Pas question ici de vous faire peur. Rassurez-vous : j’ai vite commencé à apprécier ce produit, particulièrement bien pourvu en protéines végétales. J’ai déniché la recette de tempeh mariné au vinaigre balsamique et sirop d’érable que je vous propose ici  sur un site britannique. J’ai d’abord fait les gros yeux en voyant quantité de vinaigre balsamique utilisée pour cette recette, mais ai changé d’avis au moment de la dégustation. La sauce au vinaigre balsamique est sirupeuse et pas acide pour un sou. La marinade se transforme en sauce douce et nappante grâce à l’utilisation de l’arrow-root (fécule issue d’un tubercule). J’ai cuit mon tempeh au four, comme l’indiquait la recette que j’ai suivie. La prochaine fois, je le fera mijoter doucement en cocotte, cela devrait fonctionner tout aussi bien.

Tempeh mariné au vinaigre balsamique

(suite…)

Sauce cacahuète pour rouleaux de printemps

mardi 24 mars 2015

Les rouleaux de printemps, à la maison, on adore… Et on les aime encore plus depuis qu’on a découvert cette sauce cacahuète, terriblement savoureuse. Je prépare cette sauce pour rouleaux de printemps avec des cacahuètes achetées fraîches, c’est à dire encore enfermée dans leur en cosse. Je les décortique avant de les dorer à la poêle, pour exalter leur saveur. Surtout, N’UTILISEZ PAS (c’est un ordre ? oui, c’est un ordre ! ;-) de cacahuètes apéritives salées pour réaliser cette sauce pour rouleaux de printemps, mais uniquement de « vraies » cacahuètes fraîchement décortiquées, bien plus intéressantes d’un point de vue nutritionnel et gustatif. Il vous reste de la sauce cacahuète pour rouleaux de printemps ? Utilisez-la comme dip pour vos bâtonnets de crudités ou bien détendez-la avec un peu d’eau pour assaisonner vos salades composées.

Sauce cacahuète pour rouleaux de printemps

(suite…)

Bûche de Noël poire & amande {sans gluten, sans lactose}

samedi 20 décembre 2014

S’il fallait rédiger un communiqué pour vous convaincre de réaliser ma bûche de Noël sans gluten et sans produits laitiers, je vous parlerais de son biscuit aérien au délicat goût de châtaigne, de sa crème de poire veloutée à la saveur légère d’amande et de sirop d’érable, de son nappage gourmand au chocolat…
Cette bûche de Noël sans gluten ni lactose se prépare en quatre étapes : cuisson du biscuit, de la crème à la poire, roulage de la bûche puis glaçage. J’ai combiné plusieurs recettes pour parvenir à cette bûche : celle de mon lamala en version sans gluten, pour le biscuit moelleux. Pour la crème, je me suis inspirée d’une recette de crème végétale d’Ellen Frémont et pour le glaçage, de celui de la bûche chocolat-caramel d’Arnaud Lahrer déclinée en version sans lactose. Pas envie de glaçage au chocolat ? Optez pour un nappage « neutre », qui fera simplement briller cette bûche sans gluten.

Bûche de Noël sans gluten, sans lactose (poire-amande-chocolat)

(suite…)

Muffins aux figues et noix de pécan (sans gluten, vegan)

mardi 9 décembre 2014

Encore une victoire de la farine de pois chiches. Je la pensais trop dense et amère pour pouvoir être utilisée en pâtisserie. Que nenni. Après m’avoir bluffée une première fois dans la recette des muffins butternut-cannelle (sans gluten), elle m’épate une seconde fois dans cette recette de muffins aux figues séchées et noix de pécan, parfumés à la cannelle. Ces petits gâteaux ne contiennent ni gluten, ni oeuf, ni lactose, ni sucres transformés, et sont de véritables petits bonheurs (énergétiques, certes) croquer à l’heure du goûter ou du petit dèj. Une création originale de la naturopathe Ellen Frémont, issue du livre Desserts au sucres naturels (Larousse), à décliner également avec des noix de Grenoble.

Muffins sans gluten aux noix de pécan et figues sèches

(suite…)

Salade automnale de chou rouge à la poire, épinard et kasha

vendredi 31 octobre 2014

Des fibres, des vitamines, des minéraux, des protéines… Cette salade chou rouge à la poire, aux épinards et au kasha est un concentré de nutriments. Une recette automnale facile à préparer et haute en couleurs, pour aborder le changement de saison dans la bonne humeur (là, c’est l’auto-conviction). En version végétarienne, on peut troquer le poulet par du tofu grillé ou bien augmenter la dose de kasha (sarrasin grillé). Tout comme le quinoa, le sarrasin possède tous les acides amides (base des protéines) essentiels à notre organisme. Un ingrédient à adopter, si vous cherchez à réduire votre consommation de viande. Côté vinaigrette, les graines de chia nous fournissent une bonne dose d’oméga 3, à condition d’être broyées, sans quoi elles ne sont pas digérées et n’auront « que » une action bénéfique sur notre transit (ce qui est pas mal aussi).

Salade de chou rouge, poire, kasha et poulet

(suite…)

Salade de chou rouge, pomme, épinard et quinoa

jeudi 23 octobre 2014

L’automne marque le début de la saison de choux. Riches en fibres et en vitamines K, le chou rouge apporte de la couleur à nos assiettes. Violet lorsqu’il est cru, il devient fuschia une fois cuit, ou lorqu’il est arrosé de citron ou vinaigre. J’aime déguster le chou rouge cuit, avec des pommes, comme le prépare ma maman. Ici, j’ai opté pour une salade de chou rouge aux pommes, arrosée d’une vinaigrette sans huile – à base de moutarde, sirop d’érable et graines de chia – trouvée sur le site américain Cooking Quinoa. Vous n’avez pas de graines de chia ? Ajoutez 1,5 cuillère à soupe d’huile de lin, de noix ou d’olive à votre vinaigrette. Une salade à décliner également avec des poires et des noix de pécan.

Salade de chou rouge aux pommes, épinards et quinoa

(suite…)

Granola maison : ma recette facile

lundi 22 septembre 2014

Cela fait des années que les recettes de granola maison fleurissent sur le net. Celle Nanou, du blog Parlote parisienne, m’a finalement décidée à me lancer dans la réalisation d’un granola maison… à mon goût. La recette que je vous propose ici est inspirée de celle de Shira Bocar (site de Martha Stewart), en plus « light ». Mais avant toute chose :

Qu’est-ce qu’un Granola ?

Il ne s’agit pas d’un biscuit industriel, mais d’un mélange de flocons – d’avoine, le plus souvent -, de fruits secs et à coque, que l’on fait dorer au four. Le granola est une préparation calorique : il contient du sucre et des matières grasses, des ingrédients auxquels il doit sa jolie couleur. Dans cette recette, j’ai choisi mes ingrédients de manière à ce que mon granola soit un mélange – certes – énergétique, mais permettant également de faire le plein de fibres et de « bonnes » matières grasses.

Granola maison

Granola maison « santé », mais pas « light »

Les matières grasses de mon granola maison sont apportées par de l’huile d’olive extra vierge et par les fruits à coque (noix et amandes), bien pourvus en vitamines et minéraux. Côté sucre, j’ai opté pour du sirop d’érable, un sucre naturel à l’IG élevé, mais bien plus intéressant que le sucre blanc raffiné d’un point de vue nutritionnel. J’ai garni mon Granola maison avec les fruits secs que j’ai l’habitude de croquer en cas de petit creux : des pruneaux et des cranberries, à défaut d’avoir encore des dattes et figues sèches sous la main. Je les glisserai dans une prochaine version. Enfin, j’ai parfumé mon mélange avec mon épice favorite : la cannelle.

Ingrédients du Granola maison

Conservation du granola maison

Cette recette granola maison se conserve pendant des semaines dans un récipient hermétique (ici, bocal acheté chez Ikéa). Dégustez-le avec des fruits, du lait d’amande ou bien un yaourt nature (soja). De quoi commencer sa journée (active) du bon pied. A la recherche d’une recette de granola light ? Optez pour un muesli !

Bocal de Granola maison

(suite…)