Mot clé ‘ sucre de coco’

Tarte à la rhubarbe et framboise {sans gluten, sans lactose}

vendredi 24 juin 2016

Un dessert à effet « wouaw » préparé avec les dernières tiges de rhubarbe du jardin et inspiré de Pinterest, pour le superbe effet quadrillage. C’est beau, c’est bon mais ça demande pas mal de boulot : j’ai bien passé deux heures dans ma cuisine pour préparer cette tarte rhubarbe-framboise sans gluten, ni lactose.

Une tarte quadrillée
Pour la pâte, j’ai repris la base sablée de la tarte framboise-amande sans gluten que j’avais préparée pour mon anniversaire, en avril. Pour le reste (crème d’amande, compote…) j’ai fait en sorte de remplir le moule à tarte. Dans cette recette, l’étape la plus délicate est celle du quadrillage. Les rubans de rhubarbe ne doivent ni être trop durs – on les laisserait de côté au moment de la dégustation, dommage -, ni trop mous – bonjour la galère pour les tisser, s’ils sont cassants. Le quadrillage de rhubarbe posé sur la compote s’imprègne du jus de framboise au bout de quelques heures. La tarte n’en devient que plus appétissante.

La photo d’Eugénie
Côté « shooting », j’ai encore une fois fait confiance à mon amie la photographe Eugénie Sophie Berger. Vous pouvez découvrir son travail artistique sur son site ainsi que sur son compte Instagram. On ne voit pas le temps passer lorsque l’on « shoote » toutes les deux. Et puis il faut dire qu’il y a la dégustation au bout. Ça motive d’autant plus.

Tarte Rhubarbe - Recette Christelle Vogel

Tarte à la rhubarbe © Eugénie Sophie Berger Photographie

(suite…)

Tarte framboise & amande {sans gluten, lactose}

vendredi 22 avril 2016

Simple mais raffinée, cette tarte aux framboises et amandes a le sérieux avantage d’être dépourvue de gluten et de lactose. Je l’avais repérée sur Pinterest (source infinie d’inspiration ++) et l’ai à peine adaptée : la recette de Vanessa Pouzet était parfaite. J’ai juste diminué les proportions et utilisé du sucre de coco, pour réduire l’IG de la tarte. Je l’ai garnie de framboises fraîches ET myrtilles… simplement parce-que je n’avais pas prévu suffisamment de framboises. On peut aussi opter pour d’autres fruits rouges (cassis, groseilles, fraises…). Pour un prochain dessert, je garderai la pâte à tarte sans gluten comme base et la garnirai d’un flan coco ou citron. Ma foi, ça ne doit pas être mal du tout non plus.

Tarte sans gluten framboise-amande - Glutenfree almond raspberries pie

(suite…)

Perles de coco (au sucre de coco)

jeudi 11 février 2016

Une petite boule de pâte blanche caoutchouteuse et fumante, farcie d’une substance jaune non identifiée, roulées dans de la noix de coco et affalée sur une assiette marquée d’idéogrammes chinois. L’image ne vous fait pas rêver ? Moi, si. Les perles de coco, j’adore. Elles ont longtemps été mon dessert fétiche au resto chinois. Un jour, je me suis même mise en tête d’en préparer moi-même. Revue du net, passage chez Tang Frères puis… échec cuisant. Je n’ai pas retenté. Jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à ce que je tombe sur ce post, qui me rappelle que j’avais encore quelque part, au milieu de ma dizaine de pots de farines, la farine magique : celle de RIZ GLUANT. L’acte 2 de mes boules coco maison pouvait commencer (hé hé).

Perles quadruple coco
J’ai donc réussi à dompter la farine de riz gluant. D’un coup, d’un seul, en l’ébouillantant avec du lait de coco. Simple, efficace. Le tout avec un soupçon de sucre et d’huile de coco, histoire de masquer les preuves. Conséquences de cette tentative de dissimulation : mes perles de coco ne sont pas blanches neige, mais couleur café au lait. Nous dirons que c’est ma touche healthy . J’ai aussi pris des libertés avec la farce en troquant les traditionnelles graines de soja par des pois jaunes, qui s’ennuient ferme dans mon placard entre deux coups de dhal. Une fois mixés, on n’y voit que du feu.

Glutinous rice floor, je t’adore
Dans les rayons des épiceries asiatiques, on trouve la farine de riz gluant sous le nom de « glutinous rice floor ». Cette farine est dépourvue de gluten, et pourtant, elle bat à plate couture la farine de blé lorsqu’il s’agit de se transformer en boule de pâte collante et élastique. Le tout, sans additif (ni cuisson approximative : on parle de riz gluant, pas collant). Le riz gluant est en fait une variété de riz asiatique, dont la structure particulière de l’amidon lui donne ce fameux caractère caoutchouteux. Sans lui, les perles de coco et les mochis (quoi, vous ne connaissez pas les mochiiiis ??), on oublie. Et n’essayez pas de réaliser ces perles de coco avec de la farine de riz traditionnelle. Ça ne fonctionne pas. Mais alors pas du tout (cf. : acte 1 de mes perles de coco). Mais une fois que vous avez déniché le Graal, le paradis n’est pas loin.

Perles de coco (boules de coco) maison

(suite…)

Couronne des rois briochée {sans gluten, sans lactose}

mercredi 13 janvier 2016

J’aime la galette, savez-vous comment ? Quand elle est sans gluten ni lactose, et avec du fève dedans ! exigeante, la fille. Cette année, j’ai opté pour une couronne des Rois briochée « glutenfree ». Bon, elle arrive un peu après la bataille (l’Epiphanie, c’est le 6 janvier) mais disons que l’on a tout le mois de janvier pour tirer les Rois (et au pire, on garde la recette sous le coude pour l’an prochain). Je me suis basée sur ma recette de pain brioché à la fleur d’oranger pour réaliser cette brioche des Rois sans gluten. Je l’ai arrangée un chouïa et l’ai façonnée en forme de couronne, en utilisant un moule à savarin (au passage : je ferai sans la prochaine fois, pour avoir une couronne plus dodue). Côté déco, je suis restée dans la sobriété : quelques grains de sucre en grains et des éclats de bonbons rouges, qui ont fondu à la cuisson (bon, ce n’était pas prévu, mais disons que ça apporte du brillant). Je ne suis pas fan des fruits confits, mais libre à vous d’en parsemer la brioche des Rois avant de l’enfourner. C’est vous le chef.

Couronne des rois sans gluten, sans lactose

(suite…)

Tarte au potiron et au chocolat (sans gluten, sans lactose)

mardi 24 novembre 2015

La tarte au potiron, c’est le dessert incontournable de la fête de Thanksgiving, que les Américains célèbrent le quatrième jeudi de novembre (c’est quoi, cette fête ? pourquoi un jeudi ? Pourquoi le 4e du mois ?? pourquoi en novembre ??? … réponse par ici).
Pour la petite histoire, j’ai découvert cette fête il y une dizaine (quinzaine ? argh, coup de vieux) d’années, en regardant un épisode de Friends. Vous vous souvenez, celui où Joey, puis Monica, se promènent avec une énoooorme dinde sur la tête (enfin, avec la tête DANS la dinde, pour être exact).
Dinde de ThanksgivingÉpisode culte…
Fermeture de la parenthèse soap.

La Thanksgiving, chez moi, c’est surtout une bonne excuse pour préparer une pumpkin pie maison. J’avais réalisé il y a quelques années une tarte au potiron classique, avec de la farine de blé, du beurre, du lait… tout ce que j’évite aujourd’hui. Je voulais la décliner en version sans gluten et sans lactose (ok, j’aurais pu tenter la version sans oeuf aussi, mais… chaque chose en son temps).

Pumpkin pie, version sans gluten
J’étais partie pour suivre la recette de tarte au potiron repérée dans le livre Le meilleur de l’alimentation sans gluten de la Canadienne Lisa Howard (adapté par Carole Garnier pour sa version française – éd. Leduc.s, septembre 2015), en l’adaptant un chouia (huile de coco à la place du beurre, lait d’amande à la place du lait entier, farine de sarrasin à la place de la farine de teff que je n’ai pas dans mes placards…). Manque de bol, le moule à tarte que j’ai utilisé était bien plus large que celui préconisé et le flan au potiron atteignait à peine la moitié du moule lorsque j’ai sorti la tarte du four… bof, bof, pas très gourmand tout ça. Du coup, j’ai complété avec un ganache onctueuse et ma tarte au potiron est finalement devenue une tarte potiron-chocolat (oh ben zut :-)

Atelier tarte au potiron du dimanche
La recette est un peu longue à réaliser. J’y ai passé une bonne partie de mon dimanche après-midi, entre la cuisson de la courge, la préparation de la pâte, le temps de refroidissement.. La pumpkin pie se mérite ! Mais honnêtement, à la première bouchée, on se dit que ça vallait la peine. Thanksgiving ou pas, vous m’en direz des nouvelles…
Tarte au potiron (sans gluten, sans lactose)

(suite…)

Poulet satay, sauce cacahuète

dimanche 26 juillet 2015

Les brochettes de poulet (Chicken Satay) à la sauce cacahuète, cela a été mon tout premier contact avec la gastronomie malaisienne. Là-haut, dans un A380 de la Malaysia Airlines, à destination de Kuala Lumpur. Et autant dire qu’après avoir savouré cette viande moelleuse et parfumée, délicieusement nappée de peanuts sauce, j’avais hâte de découvrir la suite. Les satay sont une institution en Malaisie. Certains diront qu’elles sont originaires de l’Indonésie voisine, d’autres que ce sont les marchands chinois faisant commerce en Malaisie qui en ont la paternité.

Une précision : on dit bien sauce pour satay (c’est à dire sauce pour brochettes) et non poulet sauce satay, qui signifierait… poulet sauce brochette. Vous suivez ?

Stand dédié aux satays - Jalar Alor - Chinatown - Kuala Lumpur

Stand de satay à Kuala Lumpur © Christelle Vogel / Cookismo.fr

Cuisson au charbon de bois
La préparation des satay n’est pas compliquée en soi. Comme souvent dans la cuisine asiatique, c’est au juste dosage des épices que tient le succès de la recette. Les satay de boeuf ou de poulet sont traditionnellement cuites au-dessus des braises, seul mode de cuisson à leur donner naturellement ce délicat goût fumé, caractéristique. À la maison, on profite de l’été pour cuire ses satay au barbecue. À défaut, on opte pour le gril du four (ce que j’ai fait ici). Bien sûr, la sauce cacahuète qui accompagne les brochettes participe en grande partie à la magie de l’expérience gustative.

Chicken Satay et sa sauce cacahuète
Je me suis lancée dans la préparation des mes Chicken Satay maison en suivant une recette issue du livre The Best of Singapour Cooking de Leong Yee Soo. Singapour a appartenu à la Malaisie jusqu’en 1965 et conserve l’influence de la pésinsule malaisienne dans son identité culinaire. Il n’y a cependant pas de lait de coco dans cette recette de brochettes de poulet sauce pour satay à la cacahuète. C’est peut-être ce qu’il manque pour retrouver le goût des « vraies » satay malaisiennes, celles goûtées là-haut dans les nuages, au-dessus de l’Océan indien. Mais côté saveur, l’expérience vaut bien les 12 à 24 heures d’attente, le temps qu’il faut à la viande pour s’imprégner de ce concentré d’Asie du Sud-Est. Prêt pour le voyage ? Allons-y.

Brochettes poulet satay

(suite…)

Salade de chou-rave saveur asiatique

lundi 15 juin 2015

Une salade de chou-rave… Ca ne fait pas rêver, hein. Mais attendez d’avoir goûté cette salade de chou-rave aux saveurs asiatiques pour vous faire un avis sur ce légume mal-aimé, car méconnu. Dégusté cru, avec une vinaigrette au citron vert et nuoc mam, ce légume racine en devient presque sexy. Promis ! J’ai préparé ma salade avec des choux-raves violets. Ils étaient si beaux avec leur panache vert, dans mon magasin bio. Mais la recette fonctionne aussi avec du chou-rave blanc (vert pâle, disons). Leur chair est de la même couleur. Cette recette m’a été inspirée par le blog Miam, maman j’ai faim. J’en déduis qu’elle peut aussi plaire aux gastronomes en culottes courtes (et à tous les autres).

Salade de chou-rave, vinaigrette saveur asiatique

(suite…)

Magret de canard, sauce orange-rhubarbe

dimanche 3 mai 2015

De la rhubarbe dans une recette salée ? Eh oui ! Il est vrai qu’on est plus habitué à déguster ses longues tiges en tarte, en confiture (avec de la fraise ou de la framboise, miam) ou en compote, pourtant la rhubarbe est d’abord… un légume. Il faut dire que sa saveur acidulée ne la fait pas vraiment pencher du côté des fruits. Alors plutôt que de tenter de gommer son acidité sous des tonnes de sucre, j’ai choisi d’en tirer parti dans cette recette de magret de canard sauce orange-rhubarbe. Je marie la rhubarbe avec le piquant du gingembre, l’acidité du vinaigre et la douceur du jus d’orange et du sucre de fleur de coco pour obtenir une sauce harmonieuse, ni trop sucrée, ni acide, ni amère. Voilà qui change du classique canard à l’orange.

Magret de canard, sauce orange-rhubarbe

(suite…)