Où est né le thé ?

Les légendes se bousculent autour de l’origine du thé. Certaines situent son berceau aux confins de la Chine, de la Birmanie et du Laos. D’autres le font remonter jusqu’en Inde. Mais peu importe l’endroit où se trouvent ses racines, le thé peut se targuer d’être la boisson la plus ancienne et la plus consommée dans le monde, juste derrière l’eau.

Plusieurs histoires relatent la découverte du thé. Selon la légende chinoise, cette boisson serait née en 2737 avant J.-C., dans une Chine en proie à de sévères épidémies. L’empereur Shennong (voir gravure ci-dessous), père de la médecine traditionnelle dans son pays,  est alors très strict sur l’hygiène. Le troisième et derniers des Augustes de la mythologie chinoise recommande à son peuple de faire bouillir l’eau avant de la consommer, afin de lutter contre les maladies. Un jour, alors qu’il se repose à l’ombre d’un théier sauvage, un bol d’eau ébouillanté à ses côtés, quelques feuilles de l’arbre tombent dans sa tasse et la teintent d’une jolie couleur. Celui que l’on surnomme le « Divin moissonneur » goûte le breuvage et lui trouve une saveur délicate. Il se sent envahir par un incroyable bien-être… Le thé (cha) vient de naître !
La légende indienne
Les Indiens attribuent la découverte du thé à Bhodi-Dharma, fils du Roi des Indes Kosjuwo, qui vécut au VIe siècle de notre ère. Ce Prince se rend en Chine pour prêcher la doctrine bouddhiste (chan) et convaincre l’empereur Wu de s’y convertir. Il recommande la méditation, la culture de l’esprit et l’élimination de toute illusion pour arriver au salut de l’âme. L’entrevue avec l’empereur chinois se passe mal et Bhodi-Dharma se réfugie dans une grotte près de Shaolin (voir gravure ci-dessous). Le Prince entame une longue médiation qui doit durer neuf ans (sept ans dans certains récits) et le conduire à l’illumination. Il fait alors vœu de ne pas dormir pendant cette durée. Au bout de cinq ans (trois ou sept ans selon les versions), Bhodi-Dharma est pris de somnolence, mais un hasard – providentiel ! –  lui fait cueillir et mâcher quelques feuilles d’un arbre inconnu. Il s’agit d’un théier, dont les propriétés stimulantes lui donnent le force de respecter son vœu d’éveil.
La légende japonaise
Au Japon, l’histoire de Bhodi-Dharma est un peu différente. Au bout de trois années de veille, le Prince Bhodi-Darma s’endort. Il rêve alors des femmes qu’il a aimées. A son réveil, furieux de sa faiblesse, il s’arrache les paupières et le enterre. Il repasse quelques temps après à ce même endroit et y découvre deux buissons, aux feuilles en forme de paupières. Il mâche quelques-unes de ces feuilles et s’aperçoit qu’elles ont la propriété de tenir éveillé. Grâce à cette plante, Bhodi-Dahama parvient à ne pas s’endormir jusqu’à la fin de sa mission. Il pose ainsi les premières pierres de ce qui deviendra au XIIe la secte zen, basée sur l’harmonie, la sérénité et le respect. Le Prince quitte alors la Chine pour le Japon et introduit le thé dans son pays. Cette boisson s’y forgera alors une place de choix, notamment à travers de la cérémonie japonaise du cha no yu.

Sources :
DVD Un monde de thé de Pierre Barboni – voir la page facebook dédiée au documentaire
L’art français du thé de Mariage Frères, novembre 2003
Thés – cultures, senteurs, saveurs de Olivier Scala et marie Grézard, éd. Solar, octobre 2005
1001 secrets du thé de Lydia Gautier, éd. Prat, août 2012.

82 mots gourmands sur “Où est né le thé ?”