Nevers ou « Négus et Nougatine sur les bords de la Loire »

illustration_article_nevers_440

A Nevers, il y a la faïence – un brin vieillotte -, et aussi Magny-Cours, à quelques kilomètres aux sud, terrain de jeu des férus de vitesse. Et puis il y a des gourmandises. Deux bonbons, centenaires : Nougatine et Négus.

La boîte de 10 Négus coûte 7,50€.

La boîte de 10 Négus coûte 7,50€.

Ils s’appellent Négus et Nougatine. Tous deux sont nés dans le sucre, sur les bords de Loire, à Nevers (Bourgogne). Le premier des deux bonbons est le fruit d’une drôle de tradition.

Le père du Négus, le confiseur Grelier, avait en effet pour habitude de créer ses nouveaux bonbons, en s’inspirant de l’un des évènements de l’année.

Il se trouve qu’en 1901, un empereur venu d’Éthiopie était de passage en France, en visite officielle… Son nom ? Négus. Négus Ménélik, qui signifie « le roi Ménélik ».

Caramel tendre au chocolat

Cet homme de couleurs inspire Grelier. Il se lance dans la création d’un caramel mou au chocolat (pour rappeler le teint de l’illustre visiteur) qu’il plonge ensuite dans un caramel ambré, pour former une couche craquante… Puis il décline le Négus en remplaçant le cœur du bonbon par un caramel mou au café.

La Maison Lyron vend ses Négus dans de petites boîtes rondes.

La Maison Lyron vend ses Négus dans de petites boîtes rondes.

Aujourd’hui, la Maison Lyron (rue François Mitterrand à Nevers) continue de fabriquer ces bonbons royaux. Ils sont vendus dans de petites boîtes vertes et rondes.

Les bonbons de l’impératrice

La Nougatine Edé, depuis 1845.

La Nougatine Edé, depuis les années 1850.

En amont de la rue se trouve la Maison Edé. C’est là qu’est née dans les années 1850 la Nougatine, un nougat brun aux amandes, entouré d’un glaçage orangé. Son inventeur, Louis-Jules Bourumeau, a rendu célèbre sa Nougatine en la faisant découvrir à l’impératrice Eugénie, lors d’un voyage officiel de son Napoléon III d’époux à Nevers. Madame Napoléon passe une grosse commande à Bourumeau et fait connaître son bonbon à Paris.

La Maison Edé vend toujours ses nougatines. Le sachet de 125g coûte environ 5,5€.

Une fois vos douceurs en poches (pas trop longtemps, hein, ça colle sinon) vous pouvez partir à la découverte de Nevers : sa cathédrale médiévale, son Palais ducal considéré comme l’un des premiers châteaux de la Loire, la châsse de Sainte Bernadette (la petite Soubirous, à qui la vierge est apparue à Lourdes)…

cathedrale_cyr_julitte_vogel_200 interieur_cathedrale_nevers_vogel_200 palais_ducal_nevers_vogel_200

(De gauche à droite : La cathédrale Saint-Cyr-Sainte-Julitte, la nef, la Palais ducal)

Asseyez-vous sur les bords de Loire pour apprécier Négus et Nougatine, en regardant passer les bateaux des plaisanciers.

Christelle Vogel

3 mots gourmands sur “Nevers ou « Négus et Nougatine sur les bords de la Loire »”

  1. Les établissement DESENNE fabriquent la célébre Nougatines de Nevers sous la marque Fontenay.

  2. clochoco dit :

    Dommage que la maison de la VERITABLE nougatine n’existe plus

  3. mistoufle dit :

    je suis d’accord, c’est vraiment dommage que la maison de la nougatine n’existe plus, comment a-t-on pu laisser cette illustre maison disparaître ?

Un avis, une remarque sur cette publication ?
Nevers ou « Négus et Nougatine sur les bords de la Loire »

*