Mot clé ‘ ail’

Pesto végétal

vendredi 30 septembre 2016

Un pesto maison au bon goût de basilic et fromage, mais… sans parmesan. On fait comment ? On utilise un ingrédient magique : les flocons de levure alimentaire. Ils sont gorgés de nutriments (vitamines B, phosphore, zinc, fer) et « goûtent » le fromage. Je les utilise d’ailleurs pour préparer mon fromage végétal et ma crème de cajou, végétale elle aussi. Ces flocons de levure alimentaire n’ont rien à voir avec la levure chimique ou bien la levure de boulangerie. Ceux que j’achète chez moi en Autriche sont sans gluten. Il ne s’agit donc pas de levure de bière, ni de flocons de levure maltée (malt = gluten) que l’on rencontre généralement dans les recettes de fromages végétaux. Ces flocons de levure alimentaire, je les intègre aussi dans mes vinaigrettes. Ils leur apportent un supplément de goût et de vitamines.

Pesto végétal - Vegan pesto

Pesto presto
Pour réaliser ce pesto végétal, j’ai repris les ingrédients traditionnels (des feuilles de basilic fraîches, de l’ail, de l’huile d’olive) et ai  remplacé les pignons de pin – ça coûte un bras – par des graines de tournesol que je torréfie légèrement à la poêle, pour développer leur saveur. À tester aussi avec un mélange de noix (Grenoble, du Brésil, de cajou). Ce pesto végétal se conserve une semaine au réfrigérateur. Bon, à la maison, il n’a pas passé la journée. Je l’ai utilisé pour parfumer mes spaghetti de chou-rave, de courgettes et en ai ajouté dans une soupe de légumes façon minestrone.

Pesto végétal sans fromage - Vegan pesto

(suite…)

La salade de chou blanc & coco de Sithu

mercredi 6 avril 2016

Du chou blanc. Voilà un ingrédient que je ne m’attendais pas à rencontrer dans la cuisine traditionnelle sri-lankais. Et pourtant, cuisiné avec de la noix de coco et les épices locales, il se fond parfaitement dans le décor gastronomique de l’île. La recette de salade de chou blanc & coco que je vous livre ci-dessous est celle de Sithu, une Sri-Lankaise chez qui nous avons séjourné lors de notre passage à Ella. Ce n’était pas la première fois que nous goûtions cette salade de chou mi-cuit. J’imagine qu’elle doit faire partie des classiques du rice & curry sri-lankais. La « salade » se déguste tiède ou à température ambiante. Froide, elle est moins intéressante.

De la coco fraîche, sinon rien 
L’ingrédient indispensable ici est la noix de coco fraîche. J’ai essayé de préparer cette recette avec de la noix de coco sèche râpée, que j’ai réhydratée. Malheureuse… Ça n’a rien à voir. On trouve facilement des noix de coco entières au supermarché et parfois même déjà ouverte et préparée, en barquette fraîche. Je vous indique dans la recette comment l’ouvrir et la préparer, sans les outils sri-lankais, ni sortir de marteau ou burin.
Salade de chou blanc et noix de coco - White cabbage and coco salad

(suite…)

Le curry d’aubergines sri-lankais de Sithu

lundi 4 avril 2016

Après le dahl de lentilles corail et le curry de poulet, voici un autre composant de l’incontournable Rice & Curry sri-lankais : le curry d’aubergines (« bringjoy »), cuisiné par notre hôte sri-lankaise Sithu. Celui que nous avons dégusté dans sa guesthouse, à Ella, était réalisé avec des aubergines violettes, que l’on trouve plus couramment sur l’île que les aubergines à peau foncée, que nous connaissons en Europe. Lorsqu’elle cuisine son curry d’aubergine, Sithu ne lésine pas sur l’huile de coco. J’ai un peu allégé sa recette en y mettant moins de matière grasse et en ajoutant un peu d’eau durant la cuisson. Les aubergines sont tout aussi fondantes. La magie tient surtout au mélange d’épices et d’aromates. Le piment se dose comme on le souhaite. Une pincée (pour moi !) ou bien 1 cuillère à café, pour les palais (et estomacs) habitués à manger relevé.

Curry aubergine - Eggplant curry

(suite…)

Le dahl de lentilles sri-lankais de Sithu

mardi 29 mars 2016

Monsieur Cookismo et moi avons passé 15 jours au Sri Lanka en février 2016. Le dahl de lentilles corail est l’un des plats qui nous a été servi le plus souvent… du petit déjeuner au dîner (incontournable, je vous dis). C’est l’une des pièces maîtresses du Rice & Curry sri-lanka. Nous avons dégusté plusieurs variantes de dahl (qui signifie « lentilles » en cingalais) : plus ou moins épais, servi chaud ou à température ambiante, avec des feuilles de curry ou non, un peu ou beaucoup de curcuma… Cela pour dire qu’il n’existe pas de recette « traditionnelle » du dahl de lentilles. Chaque famille sri-lankaise le prépare à sa façon. Celle que je vous décris ci-dessous est la recette de Sithu.

Portrait de sri-lankaise - Sithu

Sithu, notre hôte et cuisinière © Christelle Vogel

Son mari et elle tiennent la maison d’hôtes Rock Side Inn à Ella, où nous avons passé une nuit.

Vers Rock Side Inn - Ella - Sri Lanka

M. Cookismo sur le chemin menant à la maison d’hôtes © C. Vogel

Sithu m’a donné une leçon de cuisine sri-lankaise. Nous avons préparé ensemble le dîner qui nous a été servi ensuite. J’ai noté ses recettes, le dosage des épices, les durées de cuisson… pour pouvoir préparer un Rice & Curry digne de ce nom à notre retour au froid en Europe. Au menu : dahl de lentilles, curry de poulet, curry d’aubergines, salade de chou blanc à la noix de coco, pommes de terre sautées aux épices… Recettes by Sithu à suivre, sur Cookismo.

Dahl

(suite…)

Papillote de tofu aux légumes et crème de cajou

vendredi 4 mars 2016

Le tofu, tel qu’on l’achète en magasin bio*, est assez fade, pour ne pas dire insipide. Rien à voir avec le tofu fraîchement pressé tel qu’on peut le savourer au Japon (j’y retournerai un jour #PromesseÀmoiMême). Je considère le tofu ferme comme une base. Une toile vierge sur lequel on va imprimer des saveurs pour en faire un tableau alléchant. La plupart du temps, je hache mon bloc de tofu pour le transformer en « steak » végétarien, agrémenté de légumes de saison. Dernièrement, je l’ai préparé sous forme de blanquette végétarienne, en le coupant en dés, comme ici, dans cette recette de papillote de tofu. Je l’ai repérée dans le Vital Food n°6 (celui du printemps) et l’ai adaptée avec ce qu’avais sous le coude : pas de chou pointu pour moi, mais un oignon nouveau. Monsieur Cookismo a beaucou aimé, moi aussi. Mariné et cuisiné comme cela, le tofu, ça a quand même plus de gueule (et du goût).

* J’achète uniquement du tofu bio, d’origine française ou autrichienne (pays où je vis). Ainsi, pas d’OGM en vue et une culture plus respectueuse de l’environnement. J’évite le tofu vendu en épicerie asiatique. On ne sait pas trop d’où il vient, ce qu’il contient et dans quelles conditions il a été produit…

Papillote de tofu à la crème de cajou

(suite…)

Chou-fleur entier rôti au four {sans gluten, vegan}

mardi 1 décembre 2015

« Chou-fleur grosse tête », « Chou-fleur qui en jette », « Chou-fleur gâteau »… J’ai hésité sur le petit nom à donner à mon nouveau chouchou. Je suis restée classique, finalement. Ceci est un chou-fleur entier rôti au four (sans gluten, vegan). Une petite merveille que j’ai découverte dans le Vital Food n°4 et que je garde sous le coude depuis cet automne.

Chou-fleur entier rôti au tahini
J’attendais d’avoir du monde à la maison, pour pouvoir le partager à table. Voici enfin la bête. Un beau chou-fleur bio « massé » avec une crème de sésame (tahini) au citron et à l’ail, puis enfourné tout entier. Méconnaissable à la sortie du four, ce chou-fleur rôti cache son jeu jusqu’au moment de la coupe. De quoi faire durer le suspense devant la tête médusée des attablés qui se demanderont « ce que c’est que ce truc cette boule dorée et fumante ». La légère odeur de chou-fleur peut trahir le planqué… mais pas forcément.

Des choux-fleurs rôtis par milliers (ou presque)
Il existe de nombreuses versions de chou-fleur entier rôti au four sur le net. Certains sont massés avec du beurre, de l’huile d’olive, des épices… Tapez « whole roasted cauliflower » sur Pinterest. Vous en aurez un bel aperçu. Et ci-dessous, la version sans gluten/lactose que j’ai adoptée :
Chou-fleur entier rôti au four

(suite…)

Courgettes rondes farcies au quinoa (sans gluten, vegan)

mercredi 9 septembre 2015

Vous y croyez, vous, au destin ? Moi oui : les courgettes rondes sont venues sur terre pour être farcies. C’est certain. Regardez-les : alignées dans leur cagette, on dirait qu’elles s’entraînent à ce soutenir les unes les autres dans le plat à gratin. Vous oseriez, vous, les trancher en rondelles, en dés ou je-ne-sais-quelle-autre-forme pour contrarier leur destinée ? Moi non. C’est pourquoi je vous propose ici de les farcir avec une préparation à base de quinoa, sans gluten et 100% végétale pour ne pas contrarier Déméter. J’ai précuit mes courgettes rondes évidées à l’eau bouillante (c’est à dire à l’anglaise) avant de les farcir. Le passage au four permet de réchauffer les petits farcis et de leur apporter du croquant, grâce à la croûte de sésame. Bon, si vous ne trouvez pas de courgettes rondes, vous pourrez vous rabattre sur leur cousines (pas trop) longues. Mais le rendu ne sera pas le même. Question de destinée.

Courgettes rondes farcies au quinoa

(suite…)

Dorade au four (et idée de marinade)

samedi 29 août 2015

La daurade royale, lorsqu’on la commande au resto, ça coûte souvent un bras. Il faut dire que c’est un poisson rare (on n’en abuse pas !), à la chair fine et maigre. Chez mon poissonnier, j’ai payé moins de 5€ par poisson. Plutôt rentable et pas trop risqué, étant donné que c’est la première fois que je cuisinais la dorade. L’avantage de ce poisson, c’est qu’il n’a qu’une grosse arrête centrale, facile à enlever lors de la dégustation. Ça limite les risques de s’en coincer une dans le gosier.
Cuisson au four
Avant de cuire ma daurade au four, je l’ai faite mariner avec mes ingrédients chouchou : le gingembre & la citronnelle. Bonne pioche, c’était vraiment bon. Pour la durée de cuisson des dorades au four, j’ai un peu fait au pifomètre : 35 min à 200°C, c’était pile ce qu’il fallait. J’ai servi mes dorades avec du riz sauvage et des tagliatelles de courgettes.
Dorade ou Daurade ?
A priori, on utilise « daurade », lorsqu’on parle de la royale, et « dorade », pour la rose ou la grise.

Daurades royales au four

(suite…)

Aubergines façon oeuf cocotte

mercredi 26 août 2015

L’aubergine, c’est le légume phare de la ratatouille, de la moussaka ou encore du baba ganoush. Elle est riche en fibres et en antioxydants (concentrés dans sa peau), mais a tendance à se transformer en éponge lorsqu’on la cuisine à la poêle. Bof, bof… Je préfère la cuisiner à la vapeur ou au four, badigeonnée d’un filet d’huile d’olive. Elle devient tendre, fondante tout en restant légère, comme dans cette recette d’aubergines façon oeuf cocotte. Je vais reprendre l’idée et la décliner avec des courgettes rondes ou des tomates. C’est trop mignon dans l’assiette. Non ?

Aubergine farcie façon oeuf cocotte

(suite…)

Tian de légumes du soleil

jeudi 6 août 2015

Le tian est à la Provence ce que le tajine est au Maghreb : un ustensile de cuisine – un plat en terre cuite en l’occurrence – qui a donné son nom à la recette que l’on cuisine dedans. Le tian provençal se prépare avec des légumes du soleil. J’ai choisi ici des courgettes (verte et jaune), des aubergines et des tomates. On peut pourquoi pas ajouter des rondelles d’oignons rouges. Je n’ai pas mis de poivron, d’une part parce qu’il me reste sur l’estomac, et d’autre part, parce qu’il ne se coupe pas en rondelles comme les autres ingrédients de ce tian. Ça aurait cassé l’harmonie du plat. Pour un tian qui en jette, on choisit des légumes de diamètre raisonnable. La courgette de 3 kg donnée par la voisine, on en fait plutôt une soupe... La cuisson de ce plat est longue, alors autant préparer un tian généreux, que l’on pourra finir les jours suivants. Et pour la petite anecdote, le tian, c’est le plat phare du film d’animation Ratatouille. Eh oui ! Une belle arnaque, ce titre :-)

Tian provençal

(suite…)