Mot clé ‘ ail’

Poulet satay, sauce cacahuète

dimanche 26 juillet 2015

Les brochettes de poulet (Chicken Satay) à la sauce cacahuète, cela a été mon tout premier contact avec la gastronomie malaisienne. Là-haut, dans un A380 de la Malaysia Airlines, à destination de Kuala Lumpur. Et autant dire qu’après avoir savouré cette viande moelleuse et parfumée, délicieusement nappée de peanuts sauce, j’avais hâte de découvrir la suite. Les satay sont une institution en Malaisie. Certains diront qu’elles sont originaires de l’Indonésie voisine, d’autres que ce sont les marchands chinois faisant commerce en Malaisie qui en ont la paternité.

Une précision : on dit bien sauce pour satay (c’est à dire sauce pour brochettes) et non poulet sauce satay, qui signifierait… poulet sauce brochette. Vous suivez ?

Stand dédié aux satays - Jalar Alor - Chinatown - Kuala Lumpur

Stand de satay à Kuala Lumpur © Christelle Vogel / Cookismo.fr

Cuisson au charbon de bois
La préparation des satay n’est pas compliquée en soi. Comme souvent dans la cuisine asiatique, c’est au juste dosage des épices que tient le succès de la recette. Les satay de boeuf ou de poulet sont traditionnellement cuites au-dessus des braises, seul mode de cuisson à leur donner naturellement ce délicat goût fumé, caractéristique. À la maison, on profite de l’été pour cuire ses satay au barbecue. À défaut, on opte pour le gril du four (ce que j’ai fait ici). Bien sûr, la sauce cacahuète qui accompagne les brochettes participe en grande partie à la magie de l’expérience gustative.

Chicken Satay et sa sauce cacahuète
Je me suis lancée dans la préparation des mes Chicken Satay maison en suivant une recette issue du livre The Best of Singapour Cooking de Leong Yee Soo. Singapour a appartenu à la Malaisie jusqu’en 1965 et conserve l’influence de la pésinsule malaisienne dans son identité culinaire. Il n’y a cependant pas de lait de coco dans cette recette de brochettes de poulet sauce pour satay à la cacahuète. C’est peut-être ce qu’il manque pour retrouver le goût des « vraies » satay malaisiennes, celles goûtées là-haut dans les nuages, au-dessus de l’Océan indien. Mais côté saveur, l’expérience vaut bien les 12 à 24 heures d’attente, le temps qu’il faut à la viande pour s’imprégner de ce concentré d’Asie du Sud-Est. Prêt pour le voyage ? Allons-y.

Brochettes poulet satay

(suite…)

Cake aux herbes façon Niépi (sans gluten)

vendredi 10 juillet 2015

Cette recette de cake salé aux herbes sans gluten, je l’ai dénichée dans le numéro estival du magazine Niépi. C’est la recette de Frédérique, la rédac’ chef. Ce cake tout moelleux et léger peut aussi bien être servi à l’apéritif qu’en guise de repas. On garnit alors les tranches de cake sans gluten de légumes poêlés, de rondelles de tomates, de lamelles de fromage… Et on croque le tout avec les doigts. Super bon !

Cake sans gluten apéritif aux herbes

(suite…)

Tzatziki de courgette

mercredi 17 juin 2015

Le tzatziki traditionnel se prépare avec du concombre et du yaourt grec. C’est une salade fraîche et onctueuse, que je décline ici avec de la courgette et du yaourt de chèvre, plus digeste. La courgette rend moins d’eau que la concombre, ce qui permet de conserver ce tzatziki de courgettes plus longtemps (si on en fait un saladier complet) sans se retrouver avec de la soupe… Et puis, cela permet de déguster les courgettes d’une autre façon : crues. C’est frais, parfait pour cet été.

Tzatziki de courgettes au yaourt de chèvre

(suite…)

Houmous traditionnel au tahini

jeudi 26 mars 2015

Le houmous, c’est une crème de pois chiches que vous avez peut-être déjà dégustée sous forme de mezze lors d’un repas libanais. Il est généralement servi avec un pain plat, type pita. Ce n’est pas la première fois que je prépare du houmous maison. Je l’ai déjà revisité en une version à la betterave et même aux haricots blancs (bon, ok… là, ce n’est plus vraiment un « houmous »). Cette fois-ci, j’ai laissé au placard ma conserve de pois chiches et me suis tournée vers mon sachet de pois chiches crus. Pas de recette express, donc. Non. Ici, c’est long, et c’est d’autant plus bon !
Bien digérer les pois chiches
Les pois chiches sont mis à tremper pendant au moins une nuit. Durant leur trempage, les pois absorbent leur poids en eau. La production d’enzymes précédant la germination est également activée, ce qui permet au pois de gagner en digestibilité. Grâce au trempage, la cuisson des pois chiches se retrouve considérablement raccourcie : comptez une heure de mijotage à feu très doux contre 2 ou 3 heures (!) si vous ne trempez pas vos pois. J’ai cuit mes pois chiches avec un morceau d’algue kombu, qui est réputée pour faciliter la digestion des pois chiches et des légumineuses en général. Enfin, j’ai « épluché » tous mes pois chiches après cuisson pour encore mieux les digérer. Difficile de faire plus digeste que le houmous traditionnel au tahini que je vous propose ici, d’autant que le jus de citron qu’il contient a lui aussi une action positive sur la digestion !
Du calcium et des protéines végétales
Cette recette est intéressante d’un point de vue nutritionnel : le houmous, tout comme le tahini, est une importante source de protéines végétales. La crème de sésame est bien pourvue en calcium, phosphore, magnésium et acides gras insaturés. Son goût typé donne tout son caractère au houmous. Alors, on goûte ?

Houmous traditionnel au tahini © Cookismo.fr

(suite…)

Poulet au basilic thaï

jeudi 12 mars 2015

Il porte le même nom que son homologue européen, mais côté saveur, le basilic thaï n’a rien (j’insiste) de commun avec son cousin italien. Le goût du basilic thaï est plus frais, légèrement anisé, avec des notes d’estragon, de réglisse, de menthe… Il s’achète en épicerie asiatique. Je ne l’ai jamais encore croisé au supermarché. Je le trouve conditionné en pochettes plates, par bouquet d’une dizaine de branches. Le basilic thaï est fragile. Je le conserve 2-3 jours maxi, bien à plat, dans le bac à légumes de mon frigo. Ses feuilles flétrissent et brunissent avec le temps.
Basilic thaïLe basilic thaï ne supporte pas la congélation (testée) et perd sa puissance aromatique lorsqu’on le sèche (testé également). Fresh is the best. Le plus pratique serait de pouvoir l’acheter en pot (pas encore trouvé).  Cette recette de poulet au basilic thaï est une manière très simple de faire connaissance avec la saveur inimitable de cette herbe aromatique. J’utilise également le basilic thaï pour parfumer mes rouleaux de printemps et l’ajoute au dernier moment dans mes bouillons asiatiques. Et vous, le connaissiez-vous ?

Poulet au basilic thaï

(suite…)

Soupe coréenne au kimchi et tofu soyeux

jeudi 27 novembre 2014

Le kimshi, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un chou fermenté, relevé au piment, très populaire en Corée. Le kimshi se déguste de préférence froid, en salade, afin de profiter de ses vertus probiotiques, qui boostent notre organisme et nos défenses immunitaires. Dans cette recette, je réchauffe à peine mon kimchi dans le bouillon, pour ne pas le dénaturer. Relevée juste ce qu’il faut, cette soupe au  kimchi et tofu soyeux n’a pas besoin d’être salée : le chou l’est suffisamment. Vous pourrez visionner cette recette en vidéo tout en bas de cet article. La soupe est préparée par Shira Bocar, une cuisinière spécialisée dans la « healthy food » (nourriture saine). Toutes ses recettes en vidéo sont disponibles dans la rubrique « Eat clean » du site de Martha Stewart. Une mine d’inspiration.

Soupe de kimchi (chou fermenté coréen) et tofu soyeux

(suite…)

Salade d’aubergine saveur gingembre et ciboulette

jeudi 6 novembre 2014

L’aubergine ? Une vraie pompe à huile, si l’on ne prend pas quelques précautions avant de la cuisiner. Il existe des astuces pour éviter que ce charmant légume ne se transforme en éponge grasse, pas franchement digeste. La cuisson vapeur en fait partie. Dans cette recette de salade d’aubergine au gingembre et à la ciboulette inspirée par Leti du blog Piment oiseau, je fais dégorger mes légumes en les saupoudrant de sel fin, avant de les enfermer dans ma cocotte pour un bain de vapeur. Résultat : des aubergines ultra moelleuses et non grasses. La seule matière grasse est apportée par l’huile parfumée à la ciboulette, dont la quantité est limitée. Parfumée avec une sauce au gingembre, cette salade d’aubergine « à la vietnamienne » douce et moelleuse, est une révélation. Goûtez !

Salade d'aubergine à la vietnamienne façon Piment Oiseau

(suite…)

Brocolis rôtis à l’ail et au parmesan

lundi 18 août 2014

Les brocolis, je les cuis généralement à la vapeur plutôt qu’à l’anglaise (eau bouillante), pour conserver un maximum de vitamines de ce légume. Je suis tombée sur ce nouveau mode de cuisson – le brocoli rôti – sur le blog Mamabalance. Une savoureuse découverte. Le brocoli cuit au four reste fondant à l’intérieur et légèrement croquant à l’extérieur. Et avec ce petit goût d’ail grillé… Un délice. Une idée d’accompagnement facile à réaliser, que j’ai réalisé avec des brocolis surgelés.

Brocolis rôties à l'ail et au parmesan

(suite…)

Salade de courgettes au pesto d’amandes

mercredi 6 août 2014

Les courgettes, je les aime farcies, en velouté, en poêlée ou encore façon tagliatelles. Je les déguste aussi crues, lorsqu’elles sont petites et bio, pour pouvoir profiter de leur chair croquante et des vitamines que contiennent la peau des légumes. Les courgettes sont assez fades par nature et ont besoin d’être assaisonnées. J’ai opté ici pour une salade de courgettes au pesto d’amande, dont il existe de nombreuses versions sur la blogosphère. Je n’apprécie pas particulièrement le goût de l’ail cru. Pour qu’elle soit moins prononcée, j’ai fait blanchir ma gousse d’ail coupée en deux pendant une minute avant de la presser. Si vous en avez sous la main, ajoutez une cuillerée de pâte à pistache dans votre pesto d’amandes. Sa saveur forme un beau mariage avec la courgette.

Salade de courgettes au pesto d'amandes

(suite…)

Pilons de poulet laqués au miel et au romarin

mardi 5 août 2014

Ludiques et faciles à cuisiner, les pilons de poulet se prêtent à de nombreuses recettes faciles et rapides à préparer. J’ai opté ici pour une recette de pilons de poulet laqués, marinés dans une sauce aigre-douce à base de miel, dénichée dans le magazine Cuisine Actuelle du mois de juin 2014. J’ai cuit mes pilons de poulet au four, mais la cuisson au barbecue est aussi adaptée, surtout si vous disposez d’un appareil à gaz, avec couvercle refermable. Les pilons de poulet grillés se dégustent avec les doigts… qu’on ne peut s’empêcher de lécher : la sauce est si bonne !

Pilons de poulet laqués au miel

(suite…)