Restaurant Guilo Guilo ou l’art du Kaiseki (Paris – 18e)

Les sushis ? Très peu pour moi. Lorsque je vais manger japonais, je cherche à m’éloigner des sentiers battus et à découvrir ce que la gastronomie japonaise peut offrir de meilleur. C’est le bouche à oreille qui m’a menée chez Guilo Guilo. Dans ce restaurant niché au 8 rue Garreau à Paris (18e),  le chef nippon Eiichi Edakuni manie avec brio l’art de transcender le repas en une succession de plusieurs plats présentés avec soin, dans un menu unique à 45 €. A 38 ans, le chef est très connu à Kyoto, où il a ouvert sa table en 2005. Il a commencé son aventure parisienne en avril 2008. Depuis, son restaurant ne désemplit pas. Le chef fait des allers-retours tous les mois entre la France et le Japon. Un mois à Paris, un mois à Kyoto. Lorsqu’il est absent, il confit sa cuisine à son second.

Il nous a fallu réserver trois semaines à l’avance pour obtenir une place autour du comptoir de Guilo Guilo. Ce dernier, visible de la rue, entoure la cuisine ouverte où officie le chef et son équipe. Les délais de réservation se réduisent lorsqu’on souhaite découvrir la cuisine de Eiichi Edakuni en semaine ou bien être installé dans l’arrière-salle.

La décoration du restaurant
Grande baie vitrée, intérieur entière noir, sol en ardoise : l’intérieur du restaurant Guilo Guilo est tout en sobriété. Les flacons de saké et autres liqueurs japonaises brillent autour du comptoir. La seule carte proposée est celle de boissons. Le menu, unique, est composé d’une succession de sept plats et d’un dessert. Il est renouvelé tous les mois.
Voici ce que nous avons dégusté le samedi 20 octobre 2012 :

Les boissons :
Liqueur de Yuzu 8 €
Liqueur de prunes 8,5 €
Bière japonaise Asahi 5 €

Le menu à 45 €
Sushi au bar et igname mariné à l’alcool de prune, billes de nashi :
Assortiment autour des champignons :
– Quiche japonaise aux épinards et à la gelée de soja, coeur girolle
– Champignons en sauce tartare
– Petit roulé au pomme de terre entouré de chou asiatique et champignons enoki
… (je n’ai pas tout retenu ^^)
Beignet de crabe aux légumes racine, tofu, pétales de chrysanthème et bouillon dashi :
Nouilles soba, chair d’aubergine, tomates, gingembre cru et fils de calamar séché :
Veau pané mariné dans du miso blanc, sauce aux cèpes, algues et gombo… gluant :

Racine de lotus en tempura :
Bouillon mis, petit pois, noboshi et bol de riz au noix de ginko :
A ce moment du repas, juste avant le dessert, si vous avez encore faim, un plat supplémentaire (payant) vous est proposé. Lors de notre dîné, il s’agissait de sushis au foie gras poêlé.

Assortiment de desserts :
Panna cotta à la sauce banane alcoolisée
Panna cotta au sésame
Roulé de feuille de riz sucré, glace au lait et agrumes
Glace wasabi

Mais au fait, que signifie « Guilo Guilo » ?

D’après mes petites recherches, « guilo » signifie « descendant d’homme blanc/caucasien » (sans connotation négative) ou bien « fantôme ». Je demanderai au chef la prochaine fois pourquoi il a choisi de nommer ainsi son restaurant. Si vous avez la réponse avant moi, vous pourrez nous éclairer dans la partie « commentaires »  !

• Adresse du restaurant Guilo Guilo :
8 rue Garreau, Paris 18e
Réservations au 01 42 54 23 92
Ouvert du lundi au samedi. Premier service à 19h, second service à 21h30.
Menu unique à 45€

Un mot gourmand sur “Restaurant Guilo Guilo ou l’art du Kaiseki (Paris – 18e)”

  1. Pali dit :

    Vraiment pas cher vu la qualité du repas. Une adresse à faire absolument au moins une fois !

Un avis, une remarque sur cette publication ?
Restaurant Guilo Guilo ou l’art du Kaiseki (Paris – 18e)

*