10 choses à faire (absolument) à Kuala Lumpur

Que faire, que voir à Kuala Lumpur (KL) ? Voici mon top 10 des expériences – culinaires, mais pas que – à ne pas manquer si vous êtes de passage dans la capitale malaisienne.

1) Petit-déjeuner à Little India
Brickfields est le plus récent des trois quartiers indiens que compte KL. Fontaines aux éléphants, arches colorées, musique Bollywood… On se croirait en Inde. On y va dans la matinée, pour savourer les Tosei, galettes à la farine de riz, ou bien les Roti Canai, préparées avec une pâte à base de farine de blé et de beurre clarifié (ghee). Le tout est accompagné de currys, plus ou moins piquants, et du traditionnel thé au lait, bien mousseux. Et une fois qu’on a le ventre bien rempli, on en profite pour faire une petite marche dans la ruelle des marchands de fleurs. C’est beau, ça sent bon…

Le quarter de Brickfields © Christelle Vogel / Cookismo.fr

Le quartier de Brickfields à KL © Christelle Vogel / Cookismo.fr

2) Arpenter le quartier chinois
Il y a de tout à Chinatown. La Hawker’s street, bien sûr, paradis de la contrefaçon, mais surtout la fameuse rue de la street food,  Jalan Alor. Locaux et touristes s’y pressent pour goûter aux spécialités proposées par les dizaines de stands. Brochettes (satay), beignets, fruits… En fin de journée, la rue est tellement bondée qu’elle en devient entièrement piétonne. On grignote sur le pouce ou à la table des petits restos qui longent la rue. Bon, avec les 32°C ambiants, pas sûr que la chaîne du froid soit respectée, hein.

Jalan Alor, Kuala Lumpur © Cookismo.fr

Jalan Alor, Kuala Lumpur © Cookismo.fr


3) Assister à la comédie musicale MUD

Cette comédie musicale (jouée en anglais) retrace l’histoire de Kuala Lumpur, de l’installation des premiers marchands dans ce « confluant boueux » (signification littérale de « Kuala Lumpur ») à la fin du XIXe siècle au KL d’aujourd’hui. Un groupe dynamique, de jolies voix, on passe un bon moment.

Troupe de la comédie musicale MUD © Christelle Vogel / Cookismo.fr

Troupe de la comédie musicale MUD © Christelle Vogel / Cookismo.fr


4) Monter dans les tours jumelles Petronas

Inaugurées en 1996, les tours Petronas sont les twins towers les plus hautes au monde. Vue imprenable sur Kuala Lumur au 86e étage de ces tours de 452 mètres de hauteur. On y monte de préférence le matin, ou en fin d’après-midi, juste avant que les nuages d’orage apparaissent à l’horizon. Autre option pour s’offrir un panorama sur Kuala Lumpur : la KL tower et ses 421 mètres. Accès payant (ascenseur) pour les deux tours.

Les tours jumelles Petronas © Christelle Vogel / Cookismo.fr

Les twin towers Petronas © Christelle Vogel / Cookismo.fr


5) Faire un tour au marché de Chow Kit

Il y a plusieurs marchés quotidiens à KL. Celui de Chow Kit se trouve au nord de la ville. Il s’agit d’un marché couvert, divisé en deux sections : la première est consacrée aux fruits/légumes/herbes fraîches, la seconde, aux produits frais (poisson/viande). Avec la chaleur ambiante, l’odeur peut vite devenir pesante. Mieux vaut s’y rendre en début de matinée. Pas de souci pour prendre tout ce qui bouge (ou pas) en photo. Les vendeurs parlent pour la plupart anglais et nous éclairent volontiers sur leurs produits (c’est quoi ce truc blanc ? Ah, c’est du tempeh !).

Le marché couvert de Chow Kit à Kuala Lumpur

Le marché couvert de Chow Kit © Christelle Vogel / Cookismo.fr


6) Visiter Kampung Bharu, le village malais

C’est l’un des derniers endroits vraiment typiques de KL. Kam’baru, comme l’appelle les locaux, signifie « village neuf » en malais. Il a été fondé par les Britanniques à la fin du XIXe siècle pour accueillir les agriculteurs malais venus s’installer en ville. Kampung Bharu se situe un peu à l’est du quartier de Chow Kit. Ce village d’irréductibles Malais résiste à la pression immobilière. Les maisons malaises sur pilotis, âgées de plus d’un siècle pour certaines, se situent à une poignée de kilomètres des buildings flambants neufs de la florissante KL. Le contraste est insolite. Un quartier à visiter le samedi soir, lors de son marché de nuit hebdomadaire. En journée, on peut même assister à la fabrication artisanale du lait de coco.

Une maison malaise typique, sur pilotis © Christelle Vogel / Cookismo.fr

Une maison malaise typique © Christelle Vogel / Cookismo.fr


7) Aller saluer le dieu Murugan aux Batu Caves

A quelques kilomètres de KL se trouvent les grottes de Batu, le plus grand lieu de pélerinage hindou hors d’Inde. Juste devant l’escalier de 272 marches menant au sanctuaire se dresse le dieu Murugan. Avec ses 43 mètres, la statue est la plus haute représentation de cette divinité hindoue. On monte les marches en compagnie des macaques et on se bouche le nez une fois dans la grotte, parce-que – quand même – ça sent bien la chauve-souris par moment. Le fond de la grotte s’ouvre sur une place à ciel ouvert. Les fidèles viennent s’y recueillir ou faire pénitence.

Les grottes de Batu, au nord de KL © Christelle Vogel / Cookismo.fr

Les grottes de Batu, au nord de KL © Christelle Vogel / Cookismo.fr


8) Siroter une noix de coco fraîche

A 1€ pièce, ouverte à la machette juste sous vos yeux, c’est du rêve à boire à la paille. Le must : gratter à la cuillère la chair de la noix de coco, douce, d’un blanc nacré et délicatement sucrée. Si ce n’est pas le paradis, ça en a le goût.

Préparation de la noix de coco fraîche aux Batu Caves

Dégustation de coco fraîche © Christelle Vogel / Cookismo.fr


9) Goûter les brochettes de poulet au satay

N’importe où, tant qu’elles sont cuites au-dessus des braises (obligatoire) et accompagnées de sauce aux cacahuètes. S’il fallait ne retenir qu’une seule spécialité culinaire malaise, ce serait celle-ci.
> La recette du chicken satay sauce cacahuètes par Cookismo

Brochettes de poulet satay et sauce cacahuètes

Brochettes de poulet satay © Christelle Vogel / Cookismo.fr


10) Prendre un verre (et dîner) au Marini’s 57

Au 57e étage de la tour Marini, la vue est imprenable sur Kuala Lumpur by night. Ambiance lounge et select au bar à ciel ouvert. On peut aussi réserver une table au restaurant du Martini’s 57, et savourer un dîner à l’européenne concocté par le chef italien qui officie en cuisine. Ou bien descendre de quelques étages et s’offrir une soirée au Nobu, le restaurant de Robert De Niro.

Marini's 57 - Kuala Lumpur

Vue du Marini’s 57 © Christelle Vogel / Cookismo.fr


Et hop, une carte pour se repérer en un clin d’oeil :

☆ Alors, KL est-elle sur votre « travel list » ? ☆

Un avis, une remarque sur cette publication ?
10 choses à faire (absolument) à Kuala Lumpur

*