Le quatre-épices… est une plante !

Vous êtes sans doute déjà tombé sur l’ingrédient « quatre-épices » en réalisant une recette. La plupart du temps, on utilise un mélange tout prêt associant la muscade, la cannelle, le gingembre et le clou de girofle, avec quelques variantes (présence de poivre et de coriandre notamment). Pourtant, avant d’être un mélange, le quatre-épices est une plante, dont les feuilles d’un beau vert jade exaltent toutes ces saveurs à la fois. Nos amis réunionnais possèdent un jeune pied de quatre-épices dans leur jardin. A la Réunion, c’est un peu le laurier local. On en coupe une ou deux feuilles lorsqu’on souhaite parfumer un rougail ou un cari.
Je suis rentrée en métropole avec un stock impressionnant de quatre-épices (merci Nicol :-). J’ai mis les feuilles à sécher quelques jours, bien étalées sur des feuilles de papier journal. Je les conserve dans des bocaux en verre, afin de préserver leur saveur. Une fois la feuille sèche, il est possible de la broyer pour obtenir une poudre fine à utiliser avec parcimonie : elle est très parfumée.Feuilles de quatre-épicesSéchage des feuilles de quatre-épicesPour le plaisir des yeux, voici quelques fleurs de la serre tropicale de Sabine :
Fleur rouge, serreOrchidée blancheFleurs rouges Plante serre

1 560 mots gourmands sur “Le quatre-épices… est une plante !”