L’Amérique :
une cuisine sous influences

« Malbouffe », « trop grasse », « standardisée »… Lorsqu’on parle ainsi de sa cuisine, l’oncle Sam voit rouge. Car la gastronomie américaine ne se limite pas aux hamburgers cuits à la chaîne, aux paquets de chips engloutis devant le Superbowl et aux donuts façon Homer Simpson… Elle est le fruit d’un mélange entre les traditions amérindiennes, sud-américaines et européennes. Les vagues d’immigration successives l’ont enrichie et métissée. Le melting pot américain, cela se passe aussi en cuisine.

illustration_amérique_cuisine
Le potager dans le sac à dos

Difficile de ne pas souffrir du mal du pays lorsque l’on traverse un océan pour s’installer sur un autre continent… La solution : apporter avec soi un petit bout de ses racines. C’est ce qu’on fait les premiers colons européens, venus s’installer dans le Nouveau Monde à partir du 17ème siècle. Ces immigrants, des cultivateurs surtout, ont glissé dans leurs bagages des recettes et le fruit de leur potager.

Le coleslaw, salade de chou

Le coleslaw, salade de chou

Connaissez-vous le coleslaw, la salade de chou très répandue aux États-Unis ? Elle n’est pourtant pas born in the USA, mais… en Hollande. Ce sont les colons néerlandais qui, au 18e siècle, ont fait traverser l’Atlantique à leur recette de kool (chou) sla (salade).

Ils ont rapporté des semences de chou blanc et en ont cultivé sur les bords du fleuve Hudson, dans la Nouvelle-Néerlande (futur État de New York). Le légume s’est ainsi fait sa place sur le Nouveau Continent. Et en passant de bouche à oreille et de génération en génération, le kool sla s’est transformé en… coleslaw.

Le donut, un beignet… hollandais

Le doughnut (de dough, pâte et nut, écrou), un beignet en forme d’anneau, n’est rien d’autre que le cousin de l’oliebol néerlandais (de olie, huile et bol, boule), un beignet tout rond, saupoudré de sucre glace. Le doughnut (ou dognut) est plus souvent recouvert d’un glaçage au chocolat ou au sucre.

donut_200

Un donut ou doughnut

bagels_200

Les bagels

Sa forme rappelle celle du bagel, un petit anneau de pain, plongé dans de l’eau bouillante avant d’être cuit au four, très populaire outre-Atlantique.Ce sont les communautés juives venues Hollande et de Pologne qui l’ont popularisé. Facile à réaliser, on le parsème de graines de pavot, de sésame… ou on le déguster comme un sandwich. Les garnitures sont multiples : bagel au jambon de Parme, saumon, fromage, etc.
Autre sandwich plus connu encore : le hamburger. On ne peut pas faire plus américain me direz-vous. Faux ! Car ce symbole du fast food est originaire de Hambourg, en Allemagne. Hamburger signifie simplement le « Hambourgeois ». Le Frankfurter, plus connu sous le nom de… hot dog, est né à Frankfort-am-Main.

Hotdog avec saucisse de Francfort

Hotdog, avec saucisse de Francfort

Un petit déjeuner européen

Les pancakes

Les pancakes

Les pancakes, ces petites crêpes épaisses souvent dégustées au petit-déjeuner, sont également originaires d’Allemagne.Les immigrés allemands, venus s’installer aux États-Unis au 18ème, ont fait connaître la recette de leurs Pfannkuchen (de l’allemand pfanne, poêle et kuchen, gâteau), devenus « pancakes » (de pan, poêle et cake, gâteau).

Les Américains les préparent le matin et les servent accompagnés d’œufs brouillés, de bacon grillé, ou en version sucrée, arrosés de miel ou de sirop d’érable du voisin canadien.

Les muffins, par contre, sont nés au Royaume-Uni. A l’origine, ils étaient non sucrés et fabriqués à partir de farine complète. Ils ressemblaient plus aux scones, petits gâteaux aplatis, prisés outre-Manche au moment du Tea time.Très répandus aux États-Unis, ils désignent aujourd’hui un gâteau cuit dans un petit moule rond. On les appelle aussi cupcakes.

Un muffin à la myrtille

Un muffin à la myrtille

Les recettes sont infinies, mais le muffin sucré traditionnel est composé de farine de maïs, complète et de myrtilles (appelés aussi cornflowers, « bleuets »).

BBQ à la sauce anglaise

Au cours du 19ème siècle, les Britanniques ont introduit aux États-Unis une fameuse sauce, créée à Worcester, en Angleterre. Au pays de Sa Majesté, elle est composée de vinaigre de malt, de mélasse, anchois, tamarin, ail… Outre-Atlantique, on utilise du vinaigre blanc, et du sirop de maïs à la place de la mélasse (sucre non raffiné).
La sauce Worcestershire est utilisée dans la préparation de marinades, notamment pour les Chicken wings, des ailes de poulet grillées sous le gril du four ou sur celle du barbecue.

Soupe de poisson à l’amérindienne

Le chowder, soupe de poisson

Le chowder, soupe de poisson

Chauvins, les immigrants ? N’allons pas si loin. Car ils n’ont pas dédaigné les produits locaux. Les Indiens d’Amérique du Nord faisaient la part belle au poisson dans leur alimentation. Ils le cuisinaient notamment dans une soupe, qui a inspiré le chowder (chaudron) américain, un potage crémeux composé dans un premier temps de palourdes (clams chowder).

Le long de la côte Nord-Est des États-Unis (ancienne Nouvelle-Angleterre), on se régale aujourd’hui des produits de la mer, et notamment du homard cuisiné « à l’américaine » (avec des échalotes, de la tomate et du vin blanc) lors des grandes occasions.

De même la noix de pécan, connue et appréciée depuis longtemps par les Amérindiens pour ces propriétés nutritives, est entrée dans la cuisine des settlers. Aujourd’hui, on la retrouve dans de nombreuses recettes sucrées : cookies, brownies, crème glacée

Ce ne sont d’ailleurs pas là les seuls desserts. Apple pie (tourte aux pommes), carrot cake, pumpkings pie (tarte au potiron), cheesecake… Qu’on se le dise, la cuisine américaine a des atouts à faire valoir.

Christelle Vogel

116 mots gourmands sur “L’Amérique :
une cuisine sous influences”

  1. Very nice post. I just stumbled upon your blog and wished to say that I have truly enjoyed browsing your blog posts.
    In any case I will be subscribing to your feed and I hope you write again very soon! http://antiibioticsland.com/Cephalexin.htm

  2. Krowuy dit :

    vardenafil cost – buy vardenafil in canada buy vardenafil oral jelly

  3. Just wish to say your article is as surprising. The clearness for your post is simply excellent and i can assume you’re knowledgeable in this subject.
    Fine together with your permission allow me to seize your feed to keep updated with
    approaching post. Thanks one million and please continue the rewarding
    work. https://hhydroxychloroquine.com/

  4. Fplmsh dit :

    lyrica for sale uk – lyrica 75 mg cost lyrica 100 mg coupon